Les 153 jours qui restent sont à crédit.

Vendredi 3 août 2018.

Depuis de très nombreuses années, des scientifiques de l'ONG "Global Footprint Network", calculent ce que l'on appelle le "Jour du Dépassement de la Terre" aussi appelé "Earth Overshoot Day".

Cette date publiée chaque année par l'ONG indique le jour de l'année où l'humanité est supposée avoir consommée l'ensemble des ressources renouvelables en un an.

Il s'agit donc pour cette ONG et ses petites soeurs militantes écologistes de prouver que l'humanité épuise irréversiblement ses ressources naturelles.

En cette année 2018, cette date a été calculée au 1° août 2018. Et chaque année cette date avance. Chaque année nous consommons plus de ressources naturelles encore que l'année d'avant et la planète ne peut pas se renouveler. Cette année nous avons un jour de moins que l'an dernier. La date de bascule était en 1986 puisque ce fut la première année où l'activité humaine dépensait plus que ce que la Terre pouvait produire de ressources renouvelables. Depuis cette date nous vivons pour ainsi dire à crédit.

Le calcul est fait selon la formule suivante: J = B x 365 / E, où J est le jour de dépassement (compté à partir du 1er janvier), B est la capacité de production biologique de la planète, et E est l'empreinte écologique de l'humanité.

Le calcul permet aussi de déterminer le nombre de planètes bleues qui seraient utiles pour assurer l'activité humaine. Selon cette méthode, le pays le plus consommateur de ressources naturelles est les USA avec 5 Terres, puis l'Autralie avec 4.1 Terres, la Corée du Sud avec 3.5 Terres, la Russie avec 3.3 Terres et enfin l'Allemagne avec 3 Terres. La moyenne est de 1.7 Terres. La France est classée 15 ème avec 2.8 Terres.

Et maintenant nous sommes à crédit.

Sauf que lorsqu'on vit sur une planète fermée avec des ressources limitées; les choses vont vite s'avérer compliquées. Et nous vivons cela au quotidien avec l'augmentation des températures, la pollution en augmentation, la biodiversité qui régresse (nous avons de moins en moins de papillons, les abeilles sont décimées,...).

Il va s'agir maintenant pour nos dirigeants de réagir en mettant en place une politique destinée à protéger notre planète et à assurer des activités humaines plus respectueuses de notre planète.

Mais cela ne suffira pas car nous savons que nos élus, face aux lobbies de tous types, face aux pressions des grandes entreprises, face à la facilité de ne rien faire pour ne pas gêner les électeurs, feront peu, voir rien. C'est donc nous, simples citoyens, qui pouvons changer nos habitudes quotidiennes pour que notre planète Terre puisse encore durer longtemps. Mais en faisant quoi? De petits gestes au quotidien: moins utiliser sa voiture diesel ou essence (pour emmener les enfants à l'école ou aller chercher le pain le matin), encourager la biodiversité (par exemple en aménageant des refuges pour les insectes, les oiseaux, les rongeurs), économiser l'eau (préférer les douches aux bains), réduire le gaspillage alimentaire (en n'achetant que le nécessaire et en préparant les seules justes quantités).

Notre planète, c'est notre affaire. Ne comptons que sur nous.

Jean-Luc POLLINA. 

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014