Avis d'Agir Pour Vaulx-en-Velin sur la future ZAC du Mas.

Samedi 11 novembre 2017.

Le quartier du Mas du Taureau s’étend sur 40 ha. Construit dans les années 60-70, il était composé de 2300 logements sociaux. Très vite il est devenu en une quinzaine d’année la caricature de ce qu’il ne fallait pas faire en matière en développement urbain :

  • l’absence de mixité (pourtant réelle au début),
  • la fragilité socio-économique de la population (près de 40% de chômage avec 52% d’habitants de – de 29 ans),
  • l’enclavement avec l’absence de transports en commun fiable et rapide (avec le fameux métro promis en 1965 et toujours pas arrivé 52 ans plus tard) et souvent l’absence de voiries et de stationnements,
  • des commerces vieillissants et dégradés (avec pourtant souvent des commerçants courageux et motivés).

Des actions ont déjà été mené depuis les évènements de 1990 mais trop souvent de manière homéopathique et ponctuelle ; dès 2005, 106 logements ont été démoli à la Luère 1, puis 200 en 2011 au Pilat, puis 405 en 2016 à la Luère et aux Echarmeaux et enfin durant cet été au cœur du Mas 150 sur le foyer d’Adoma. A ces 861 s’ajouteront bientôt 446 autres. En 2020 ce seront donc 1307 logements qui auront été détruits sur les 2300 d’origine. Restera à construire un nouveau quartier avec des routes, des commerces, des entreprises, des logements, des services, etc…

Le dossier qui nous est présenté dans le dossier de concertation indique un certain nombre d’enjeu du programme de renouvellement urbain (PRU) pour le Mas du Taureau ; ce sont les suivants :

« - engager un projet ambitieux d’éco-quartier accueillant de nouvelles formes d’habitat, de commerces et d’activités économiques, dans le prolongement du centre-ville et de la rénovation urbaine engagée depuis le début des années 2000,

- désenclaver le quartier, notamment, en établissant des liaisons structurantes inter-quartiers et en développant des lignes fortes de transport en commun,

- poursuivre la diversification de l’offre de logement favorisant l’accueil de ménages en accession et les parcours résidentiels au sein de la commune,

- accompagner les bailleurs sociaux dans leurs projets de réhabilitation et de performance énergétique pour éviter le décrochage en terme d’attractivité, des logements sociaux présent sur le territoire et accueillant une population très modeste,

- réaliser des équipements publics de proximité et de rayonnement élargi et restructurer la polarité commerciale du quartier pour une offre nouvelle et un marché forain réorganisé. »

Ce projet est aujourd’hui intégré, depuis 2012, à un projet plus vaste ; celui de « La Grande Ile ». Il a été multiplié par 10 en surface en s’étendant sur les quartiers adjacents et sur la ville de Villeurbanne.

Il reste que les vaudais attendent depuis maintenant plus de 25 ans que le secteur se modernise et que le quartier devienne un vrai quartier aussi couru que les lieux en vogue de la métropole.

Pour cela il faut être attentif à plusieurs points :

  • La présence du tramway ou du métro au cœur du Nord de la Ville ; c’est la condition sine qua non du changement sur ce secteur ; en son temps, un ancien Maire avait dit « si l’aéroport de Bron ne déménage pas ailleurs, je ne signe pas les permis de la ZUP ».  Le Mas s’était créé car l’aéroport avait déménagé mais malheureusement il avait oublié d’ajouter à sa demande l’arrivée du métro. Le métro était inscrit sur les plans de 1960 pour 2500 logements. Il est essentiel d’autant plus avec maintenant 3500 logements. A ce jour, seule une étude d’opportunité entre 2017 et 2030 est prévue dans le cadre du PDU ; ce n’est pas pour rassurer les vaudais car à cette allure le métro ne sera pas construit, s’il l’est un jour, avant 2050 !
  • La question essentielle du logement ; ce dossier fut l’erreur de la ZUP des années 60. Le projet présenté insiste sur une offre diversifiée de logements à prévoir. Elle doit être complétée par des activités économiques, et l’arrivée d’écoles et de formations en post-BAC. Le nombre de logements est essentiel et en prévoir 2.500 en plus des 1.000 qui ne seront pas démolis, semble trop surtout si ce ne sont comme aujourd’hui que des logements aidés. Le pourcentage de logements sociaux sur la ville est actuellement proche de 60% ; il doit baisser pour que la ville redevienne gouvernable et équilibrée. La future ZAC du Mas doit l’y aider en n’accueillant que le nombre de logements restants. Aucune construction neuve de logements aidés ne doit être prévue ni autorisée (ou à minima des logements étudiants) ; à cette seule condition, le futur quartier comptera déjà 30% de logements aidés, ce qui, pour Vaulx-en-Velin, au regard de l’ensemble, est déjà beaucoup.
  • Les services et les commerces sont structurants et doivent bien faire partie du cœur du projet de nouvelle ZAC. Un nouveau site de commerces de type halle est prévu en plein cœur du futur quartier. Et il est important de mixer les usages et de mêler les entreprises, les commerces, les services, au logement. Ils ne doivent pas être relégués à la marge, sur les avenues périphériques, mais bien s’intégrer en particulier aux campus.
  • De nouvelles formations post-bac et d’autres complémentaires avec notre campus ENTPE et ENSAL sont essentielles. Elles doivent aussi être prioritaires dans le futur projet de ZAC. Sans oublier une nouvelle école malheureusement oubliée et surement nécessaire avec le solde de +1000 logements prévus en fin d’opération.

Au sujet de la concertation, il est regrettable que le conseil de quartier du Mas n’ait pas été intégré au projet et ne se soit pas positionné sur ce dossier. Il est regrettable qu’en plus ce dossier n’ait même pas été présenté à la population au plus près dans le quartier. Les habitants ne se sont pas mobilisés pour ce beau projet, en plus Eco – Quartier. Nous avions proposé d’être imaginatif dans cette concertation. Cela n’a pas été retenu. C’est dommage.

Concernant l’aspect environnemental, même si la charte de l’Eco Quartier Mas du Taureau n’est toujours pas signée, elle le sera surement rapidement. Ce quartier devra être modèle, comme l’est aujourd’hui Confluence, et devra alors bien intégrer les problématiques de sous-sols inondables et d’espaces verts souvent très importants dans le quartier et qui ne doivent pas disparaitre sur l’autel du tout béton.

Le projet de ZAC du Mas doit être équilibré et ambitieux. Il doit tourner la ville vers le futur. Il doit allier logements de qualité non aidés, services, commerces, enseignement primaire – secondaire – universitaire en s’appuyant sur une ligne structurante de tram – métro. A ces conditions nous soutenons ce projet.

Vous trouverez en pièce jointe le document remis dans le cadre de la concertation qui s'est achevée hier.

Thierry CAILLOT et Stéphane BERTIN

Lien Facebook

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014