Briller n'est pas un projet.

Mercredi 8 mai 2019.

Lundi dernier en conseil municipal, il nous a été proposé de voter un don de 2.000 € pour la réfection de Notre-Dame de Paris. L’occasion pour nous de revenir sur la gestion des priorités de notre ville.

« Vaulx-en-Velin, troisième ville la plus pauvre de France », « Des enfants vaudais sans toit dorment dans la rue », « L’hôtel de ville fera peau neuve ». Voilà des titres qui font régulièrement la une des journaux à propos de Vaulx-en-Velin, et qui caractérisent les incohérences de la Maire.

Nous avons quitté la majorité il y a plus de 6 mois, en désaccord avec des choix sur les transports (le tramway remis aux calendes grecques), sur l’urbanisme (une densification dans le prochain PLU) tout en réaffirmant notre choix de faire des écoles. D’ailleurs tout le monde l’aurait fait et il le fallait. Mais de nombreux projets récents sont des aberrations :

-          Médiathèque du Mas du Taureau surdimensionnée et déjà près de 2 millions d’euros de dépassement avant même d’avoir démarré,

-          Relooking de l’Hôtel de Ville et de la salle du conseil municipal pour 3,2 millions d’euros,

-          Rachat de l’hôtel Henni et sa démolition pour en faire un parking pour 2,5 millions d’euros,

-          Rachat de l’Hôtel du Nord pour près d’1 million d’euros pour préserver le patrimoine et accueillir un projet sans rénover ni réaménager.

Construire une école sur une décharge (école des Brosses sur l’ex-décharge Gimenez), ne pas mettre tous les moyens en œuvre pour sauver son patrimoine (Château, Grandes Cités Tase, vieilles fermes…), démolir un hôtel, en laisser un autre vide ou garder des logements municipaux non occupés alors que des enfants dorment dans les rues à deux pas ne peuvent pas être des actes d’avenir et de solidarité.

Donner 2.000 €, même si le montant est symbolique, en appui au milliard d’euros déjà collecté déjà suffisant pour reconstruire entièrement Notre-Dame de Paris rajoute une aberration à d’autres.

L’équipe municipale élue en charge de l’exécutif a-t-elle perdu le sens des réalités et des priorités pour la ville et ses habitants, comme elle a oublié le respect des lois avec ses multiples condamnations par les tribunaux ?

Vouloir briller pour se faire réélire n’est pas un projet !

Christine BERTIN, Marie-Emmanuelle SYRE, Stéphane BERTIN.

(texte de la chronique de Vaulx Le Journal du 8 mai 2019).

Incivilités : on en a marre

Mercredi 3 avril 2019.

Depuis des années notre ville souffre d’incivilités récurrentes en matière de tranquillité publique, de sécurité et de propreté. En 2014 c’était un des axes prioritaires de notre projet. Après 5 années au pouvoir, l’actuelle équipe rien n’a amélioré dans ce domaine et le ressenti des vaudais est que « c’était mieux avant ». Et pourtant, nous nous sommes battus pour que cela change lorsque nous étions dans la majorité.

En la matière, la question de la propreté et des dépôts sauvages est révélatrice de l’échec de l’équipe actuelle. Il ne se passe pas une demi-journée sans qu’un débarrassage de cave ou de grenier soit déclaré en ville, dans la zone maraichère, ou le long du canal ou de la Rize, ou qu’une borne à verre serve de déchetterie provisoire, ou encore que des restes de chantier (gravats, mobiliers, …) viennent encombrer la voie publique. Cela crée en plus des nuisances visuelles, de mauvaises odeurs, de la pollution des sols et des cours d’eau, des risques sanitaires, et des accidents potentiels quand les déchets empiètent sur la voie publique.

Les vaudais en ont assez.

Le Code de l’Environnement définit la responsabilité des producteurs de déchets et l’article R635-8 du code pénal classe en « contravention (jusqu’à 1 500 €) le fait de déposer, d’abandonner ou de jeter, en un lieu public ou privé, à l’exception des emplacements désignés à cet effet par l’autorité administrative compétente, soit une épave de véhicule, soit des ordures, déchets, matériaux ou tout autre objet, de quelque nature qu’il soit ». Les contrevenants encourent aussi la confiscation du véhicule ayant servi au délit.

Que fait l’actuelle équipe pour régler la situation ? Rien ou presque et c’est une des raisons pour lesquelles nous avons quitté la majorité. Pourtant des solutions existent. Sur la base des dépôts constatés, des enquêtes peuvent être menées. Des caméras mobiles déclarées peuvent être utilisées. Des personnels spécialement formés peuvent être dédiés.

La seule chose est d’avoir du volontarisme politique et de vouloir faire respecter la Loi. Difficile   pour notre maire qui vient d’être condamnée 7 fois en moins d’un an par divers tribunaux pour, pêle-mêle, infraction au code des collectivités locales, aux règles d’urbanisme, et au code du travail !

Christine BERTIN, Marie-Emmanuelle SYRE, Stéphane BERTIN.

(texte de la chronique de Vaulx Le Journal du 3 avril 2019).

Pourquoi une arme et un deux roues volés dans l'école Gagarine?

Samedi 23 mars 2019.

Il y a 1 mois une arme (fusil de chasse à canon scié) et un deux-roues volés étaient retrouvés dans l'école Gagarine. Le Progrès en faisait état dans son édition du samedi 9 mars (lire www.leprogres.fr).

Depuis aucune nouvelle. Aucune information. La mairie reste muette. Une enquête a t elle été lancé? C'est probable. Quelles en sont les conclusions? On l'ignore. Rien ne bouge, comme si rien ne s'était passé.

Et pourtant c'est bien une arme. Une arme volée. Un deux-roues volé. Une école.

On sait déjà que l'engagement de la municipalité de tout faire pour les écoles n'a pas donné grand chose avec le fiasco de l'école Beauverie, avec l'école Gimenez en construction sur une décharge, avec les écoles en bungalows qui se multiplient...On sait maintenant que la mise en avant des questions de sécurité n'était que de la communication et de la poudre aux yeux. Mais jusqu'à ne rien faire quand l'insécurité est au coeur même des écoles, nous n'aurions pas imaginé un tel échec sur fond de laxysme!

Stéphane BERTIN.

La dangerosité du BUE dans Le Progrès.

Samedi 23 et dimanche 24 février 2019.

Le Boulevard Urbain Est (renommé Boulevard des Droits de l'Homme) fait la une des médias depuis son ouverture de par sa dangerosité. 2 morts, près de 10 blessés graves en 3 ans sur un tronçon de 2 km.

Lors de la réunion municipale du 30 janvier dernier, ce sujet était à l'ordre du jour (lire ICI le sujet 1 et ICI le sujet 2).

Nous avions alors exprimé une nouvelle fois notre inquiétude sur ce sujet.

La presse s'est faite écho de la position des uns et des autres sur ce dossier ... lire www.leprogres.fr

Malheureusement les questions n'ayant pas été tranché, les problèmes restent entier, et la route toujours aussi dangereuse.

Ce lundi matin, un nouvel accident était à déplorer.Un homme à moto renversé par une voiture. Un nouveau blessé.

Au moins maintenant chacun sait où sont les responsables de l'inaction des pouvoirs publics qui ne pourront pas longtemps se cacher derrière des plaques commémoratives ou des marches blanches.

Stéphane BERTIN.

L'école Beauverie : il faut des réponses.

Jeudi 21 mars 2019.

Lu dans Le Progrès, il y a dix jours. Toujours pas d'explication. Toujours pas d'information.

Thierry CAILLOT.

Communiqué de presse suite à la réunion publique au sujet du BUE.

Dimanche 10 février 2019.

Mobilisés depuis plus de 10 ans contre la création du BUE (Boulevard Urbain Sud aussi dénommé Boulevard des Droits de l’Homme) sur Vaulx Sud (La Soie, La Tase) en dénonçant pêle-mêle dans cet axe routier, à la fois une route dangereuse, un aspirateur à voiture, ou une énorme source de pollution sonore et atmosphérique, de nombreux habitants se sont retrouvés ce jeudi 30 janvier en réunion publique face à Mme La Maire et des personnes de la Métropole (élus et techniciens).

A l’ordre du jour de cette réunion plusieurs points étaient prévus d’être soumis au débat :

  • Les objectifs de création d’une voie nouvelle,
  • Le fonctionnement actuel du boulevard à Vaulx-en-Velin,
  • Les résultats de la campagne de mesure acoustique.

Agir Pour Vaulx-en-Velin ne peut que déplorer que la réalité des sujets abordés ait été toute autre ne couvrant plus les préoccupations des habitants ; ainsi :

  • Le sujet de la création d’un nouvel accès au BUE à travers les Grandes Cités Tase a été purement et simplement supprimé car trop polémique alors que tout le monde a bien compris que cet accès se fera dans une hostilité générale des riverains,
  • Le sujet des mesures de bruit a lui aussi été traité furtivement pour affirmer que le bruit est acceptable mais ne se cumule pas à celui du tramway ni à celui des avions. Les habitants du quartier apprécieront.

Le grand thème au cœur des discussions a donc bien été le fonctionnement de l’actuelle voirie. Après un exposé satisfecit de la Métropole, les vaudais ont exprimé leur mécontentement sur de très nombreux sujets tels le fonctionnement global de ce BUE (tourne à gauche, suppression des ronds-points, feux non synchronisés, voies de bus mal indiquées, etc…), tels l’entretien des espaces verts mal faits, l’absence des écrans acoustiques pourtant prévus à l’origine, et surtout sur la sécurité de cette voirie qui sur 2 km recense un accident tous les deux jours.

Après la mort de deux jeunes vaudaises, Agir Pour Vaulx-en-Velin ne pourra pas se satisfaire du discours municipal selon lequel les accidents sont de la seule faute des conducteurs et nullement de la voirie. L’APVV ne peut pas non plus se contenter pour seule action, l’inauguration prochaine d’une plaque mémorielle par Mme la Maire.

Agir Pour Vaulx-en-Velin porte, comme les riverains du quartier et les utilisateurs de ce BUE, des demandes, déjà formulées (voir pièce jointe) « Il faut urgemment… que les élus vaudais et métropolitains obtiennent des services de la Métropole la prise en compte de la réalité du terrain car des solutions existent. Des modifications de cette route doivent être réalisées sans tarder pour la sécurité des vaudais et de tous les usagers de cette route. ». Malheureusement nous constatons, après cette réunion, que deux ans plus tard rien ne s’est passé ni ne se passera. Aucune mesure concrète n’a été prise et rien n’est prévu ni même annoncé. L’attentisme et l’immobilisme de la municipalité vaudaise en matière de sécurité comme d’aménagement du territoire ne sont pas admissibles. Malheureusement nous constatons que seuls l’espoir et les vœux pieux restent encore à l’ordre du jour pour la municipalité vaudaise.

Les vaudais peuvent compter sur Agir Pour Vaulx-en-Velin pour continuer à les défendre et à résoudre les problèmes du quotidien.

Thierry CAILLOT et Stéphane BERTIN.

Attachments:
FileFile size
Download this file (Communiqué APVV BUE réunion du 31-01-2019 VF.pdf)Communiqué APVV BUE réunion du 31-01-2019 VF.pdf209 kB

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014