Le sous-sol enfin dépollué, la ZAC Hôtel de Ville va pouvoir démarrer.

En novembre 2008, trois transformateurs ont été vandalisés dans un local technique de l'ancien centre commercial du Grand Vire. Malheureusement lors de ce vandalisme, 3.8 tonnes de pyralène ont été déversées dans les sols, pénétrant ensuite dans la nappe.

A l’issue de ce sinistre, la Préfecture a pris un arrêté préfectoral d’urgence pour lutter contre cette pollution.

Une dépollution en urgence a été effectuée sous l’ancienne municipalité avec un dispositif de surveillance de la nappe exigé par un arrêté préfectoral de 2009. Les terres polluées ont été excavées sur toute la hauteur des terres ne constituant qu’une dépollution partielle puisque qu’une partie du pyralène avait migré jusqu’à la nappe. La précédente municipalité avait alors autorisé le lancement de la ZAC Hôtel de Ville en 2012, considérant que le problème était réglé.

En novembre 2013 un nouvel arrêté préfectoral fut établi à l’attention de la SERL et d’Auchan, considérés comme gestionnaires et responsables du site à l’époque de la pollution, pour savoir si on pouvait construire et si cette pollution restante pouvait impacter les champs captants (la nappe située en dessous dessert la zone de captage des eaux du Grand Lyon, situé en bout du Parc de Miribel Jonage). Mais la municipalité continua son projet de ZAC et signa le permis de construire du projet Adoma. Le bâtiment fut construit à quelques dizaines de mètres du site pollué. Quand nous sommes arrivés au pouvoir en Mars 2014, nous devions signer le permis de construire de l’ilot Z. Nous avons choisi de refuser ce permis, n’ayant pas les résultats de l’analyse demandée par la préfecture. Nous avions bien fait car les conclusions ont montré en octobre 2014 qu’une grande partie du pyralène n’avait pas été enlevé (1.2 tonnes évacuées sur 3.8 tonnes).

En 2015, la préfecture a donc exigé un diagnostic environnemental avec des mesures, analyses et modélisations complémentaires pour mieux connaître et comprendre la sensibilité de la nappe avec des enjeux de protection en terme de qualité, mais aussi pour définir l’évolution spatiale et temporaire des concentrations observées pour les polluants dans la nappe en vue d’une dépollution pour que ce terrain puisse laisser place à des projets d’aménagement envisagé à court terme. Il en est ressorti qu’une solution de dépollution pouvait répondre aux enjeux demandés, en mettant en place un protocole de dépollution et supprimer le pyralène restant.

 

En parallèle, nous avons pu mettre en place le processus de concertation en présentant le projet d’Alliade Habitat  au conseil de quartier du centre ville, ainsi que le projet Poste Habitat, qui était lui aussi en attente et repoussé de quelques mois. Après quelques modifications pour répondre aux demandes du conseil de quartier,les deux promoteurs ont pu déposer leur permis de construire. Les travaux (excavation des terres polluées) ont pu commencer en octobre 2015 et se sont terminés fin novembre. Le site a donc pu être réhabilité afin de laisser place à de nouveau projet urbain supprimant cette friche du paysage du centre ville.

Le permis d’Alliade a été accordé, et celui de Poste habitat devrait l’être d’ici quelques semaines. Nous attendons malgré tout les derniers résultats d’analyse pour lancer les travaux.

Il reste encore quelques discussions sur le reste de la ZAC, en particulier sur le problème du stationnement, grosse préoccupation du Conseil de Quartier. Nous avons négocié des parkings supplémentaires, des espaces verts plus généreux le long de la trame verte.

La dernière bonne nouvelle concerne la réalisation du permis de construire SIER, qui abrite le supermarché Casino. Suite à une restructuration du groupe, une réflexion d’aménagement interne a été menée par le groupe. En novembre 2015, la SIER a déposé son permis modificatif, avec les nouveaux plans d’aménagement du supermarché, validant ainsi la réalisation de ce projet. Les travaux devraient démarrer fin d’année prochaine.

Les projets ZAC qui vont sortir de terre dans les 3 ans à venir :

Le reste des ilots G2, G1 (soumis à la démolition du casino actuel), et G3 sud vont pouvoir voir le jour dans les années à venir, tous en accession libre.

Christine BERTIN, Adjointe en charge des ZAC, et Matthieu FISCHER, Adjoint à l'Environnement.