Le sous-sol enfin dépollué, la ZAC Hôtel de Ville va pouvoir démarrer.

En novembre 2008, trois transformateurs ont été vandalisés dans un local technique de l'ancien centre commercial du Grand Vire. Malheureusement lors de ce vandalisme, 3.8 tonnes de pyralène ont été déversées dans les sols, pénétrant ensuite dans la nappe.

A l’issue de ce sinistre, la Préfecture a pris un arrêté préfectoral d’urgence pour lutter contre cette pollution.

Une dépollution en urgence a été effectuée sous l’ancienne municipalité avec un dispositif de surveillance de la nappe exigé par un arrêté préfectoral de 2009. Les terres polluées ont été excavées sur toute la hauteur des terres ne constituant qu’une dépollution partielle puisque qu’une partie du pyralène avait migré jusqu’à la nappe. La précédente municipalité avait alors autorisé le lancement de la ZAC Hôtel de Ville en 2012, considérant que le problème était réglé.

En novembre 2013 un nouvel arrêté préfectoral fut établi à l’attention de la SERL et d’Auchan, considérés comme gestionnaires et responsables du site à l’époque de la pollution, pour savoir si on pouvait construire et si cette pollution restante pouvait impacter les champs captants (la nappe située en dessous dessert la zone de captage des eaux du Grand Lyon, situé en bout du Parc de Miribel Jonage). Mais la municipalité continua son projet de ZAC et signa le permis de construire du projet Adoma. Le bâtiment fut construit à quelques dizaines de mètres du site pollué. Quand nous sommes arrivés au pouvoir en Mars 2014, nous devions signer le permis de construire de l’ilot Z. Nous avons choisi de refuser ce permis, n’ayant pas les résultats de l’analyse demandée par la préfecture. Nous avions bien fait car les conclusions ont montré en octobre 2014 qu’une grande partie du pyralène n’avait pas été enlevé (1.2 tonnes évacuées sur 3.8 tonnes).

En 2015, la préfecture a donc exigé un diagnostic environnemental avec des mesures, analyses et modélisations complémentaires pour mieux connaître et comprendre la sensibilité de la nappe avec des enjeux de protection en terme de qualité, mais aussi pour définir l’évolution spatiale et temporaire des concentrations observées pour les polluants dans la nappe en vue d’une dépollution pour que ce terrain puisse laisser place à des projets d’aménagement envisagé à court terme. Il en est ressorti qu’une solution de dépollution pouvait répondre aux enjeux demandés, en mettant en place un protocole de dépollution et supprimer le pyralène restant.

 

En parallèle, nous avons pu mettre en place le processus de concertation en présentant le projet d’Alliade Habitat  au conseil de quartier du centre ville, ainsi que le projet Poste Habitat, qui était lui aussi en attente et repoussé de quelques mois. Après quelques modifications pour répondre aux demandes du conseil de quartier,les deux promoteurs ont pu déposer leur permis de construire. Les travaux (excavation des terres polluées) ont pu commencer en octobre 2015 et se sont terminés fin novembre. Le site a donc pu être réhabilité afin de laisser place à de nouveau projet urbain supprimant cette friche du paysage du centre ville.

Le permis d’Alliade a été accordé, et celui de Poste habitat devrait l’être d’ici quelques semaines. Nous attendons malgré tout les derniers résultats d’analyse pour lancer les travaux.

Il reste encore quelques discussions sur le reste de la ZAC, en particulier sur le problème du stationnement, grosse préoccupation du Conseil de Quartier. Nous avons négocié des parkings supplémentaires, des espaces verts plus généreux le long de la trame verte.

La dernière bonne nouvelle concerne la réalisation du permis de construire SIER, qui abrite le supermarché Casino. Suite à une restructuration du groupe, une réflexion d’aménagement interne a été menée par le groupe. En novembre 2015, la SIER a déposé son permis modificatif, avec les nouveaux plans d’aménagement du supermarché, validant ainsi la réalisation de ce projet. Les travaux devraient démarrer fin d’année prochaine.

Les projets ZAC qui vont sortir de terre dans les 3 ans à venir :

Le reste des ilots G2, G1 (soumis à la démolition du casino actuel), et G3 sud vont pouvoir voir le jour dans les années à venir, tous en accession libre.

Christine BERTIN, Adjointe en charge des ZAC, et Matthieu FISCHER, Adjoint à l'Environnement.

Le retour des médecins sur Vaulx

Comme conseiller municipal APVV en charge de la santé, j'ai été très actif (et avec moi le service santé municipal), ces derniers mois et le serai encore plus en 2016.

Un premier succès a été obtenu sur l'offre de soins sur la ville. Le Dr Bélaouda décédée en août a été remplacée par deux nouveaux praticiens : le Dr JAIDANE qui s'est installé rue Dimitrov et le Dr ZITTOUNI qui reprend le cabinet du Dr Bélaouda au 7 de la rue A. Camus. Tous les deux sont d'ores et déjà en fonction ce qui a été confirmé par le Conseil de l'Ordre. Un vrai changement a Vaulx-en-Velin où nous assistons, peut-être enfin, à la fin de la paupérisation en offre de soins. Cette double installation peut en effet constituer un "appel d'air"  et constituer un arrêt de la spirale descendante. La fin de celle-ci semble être confirmée par le Centre Jean Goullard qui envisage le recrutement d'un psychiatre et pense à la création d'un CMPP, une structure d'accueil des enfants et adolescents financée par l'assurance maladie.
Le conseil de santé mentale a été créé lors du Conseil Municipal de juillet dernier; son coordonnateur est recruté, il s'agit de Paul-Josua KOCH, qui arrivera dans notre ville le 14 décembre et sera intégré au service Santé. L'installation officielle et solennelle  est prévue en janvier 2016.
En parallèle plusieurs autres nouvelles :
* Le Comité de Pilotage de l'atelier Santé Ville se tiendra en janvier 2016. Cette instance est le volet Santé du Contrat de Ville qui vient d'être  reconduit.
* La Médiation Santé gérée jusqu'ici par la Mutualité du Rhône a été reprise par l'ADES. Sa réorganisation et sa meilleure intégration à la politique municipale de santé est en route et nous y contribuons grandement car nous y consacrons plus de 8000 € de subvention.
* Par contre le Point d'Accueil Ecoute Jeunes géré par "Ecouter et Prévenir" subventionné à près de 50 % par le ville (80 000 €) est en difficulté financière, la métropole ayant réduit sa contribution. Des pistes sont à l'étude pour résoudre ce souci.
* Un Contrat Local de Santé pourrait être signé début 2016 entre la Ville, l'Assurance Maladie et l'ARS; ce dispositif a pour but de relayer sur le territoire de la ville les programmes nationaux de santé.
* Enfin, un Guide pour la Santé à Vaulx-en-Velin va paraître début janvier; c'est une nouvelle version de l'Annuaire Santé dont la dernière édition remonte à 2012, pour mieux orienter les habitants dans leurs recherches de réponses à leurs besoins en matière de santé.

Des bonnes nouvelles en somme sur un sujet trop peu travaillé ces dernières années.

Yvan MARGUE, Conseiller Municipal délégué à la Santé.

Vaulx-en-Velin s'engage pour la COP 21 avec 21 actions pour le climat.

A chaque jour son action avant la COP 21. Vaulx-en-Velin, par son Adjoint à l'Environnement, Matthieu Fischer, membre d'APVV, porte 21 actions concrètes (une par jour sur les 21 jours qui restent avant la COP 21) de notre Ville en faveur de la planète.

Chacun sait que l'avenir de la planète est dans des changements concrets proche des citoyens; Agir Pour Vaulx-en-Velin les porte comme toute la majorité PS-PRG-APVV, et nous l'espérons aussi toute l'opposition municipale.

09/11: Action 1 : Engagement de la Commune dans un Plan Climat Energie Territorial : en matière de climat, le défi est double. Il s’agit à la fois  d’atténuer les émissions de GES (Gaz à effet de serre) et de s’adapter aux effets du changement climatique. Ces objectifs constituent les deux volets d’une politique de lutte contre le changement climatique, qui doivent être correctement articulés (délibération en conseil municipal en février 2015).

10/11 : Action 2 : Charte Eco-Quartiers : la commune s'engage dans une politique d'aménagement durable. Cette politique a vocation à s'appliquer à l'ensemble des opérations d'aménagement importantes qui concernent le territoire communal. La commune a donc souhaité s'appuyer sur le label "EcoQuartier" créé en 2012 par l'Etat pour encourager l'engagement des acteurs de l'aménagement et de la construction dans cette démarche, favoriser l'innovation, capitaliser et valoriser les résultats.

11/11 : Action 3 : Terres du Velin : projet de territoire visant le développement et la valorisation de la zone agricole (sur Vaulx et Décines), afin d’aider à la pérennisation des agricultures. Valoriser l'agriculture périurbaine, c'est maintenir nos espaces verts, économiser du temps et de l'énergie de transport et norurir les habitants de la commune. Ce projet est partenarial entre le Conseil Régional, le Conseil Général, le Grand Lyon et les 2 communes.

12/11 : Action 4 : réhabilitation des groupes scolaires Croizat, Wallon, et Grandclément : réhabilitation BBC (bâtiment basse consommation) des locaux élémentaires dans le projet de restructuration du groupe scolaire Wallon. Et réhabilitation complète de l'enveloppe (isolation par l'extérieur, remplacement des menuiseries, ...) pour les groupes scolaires Croizat et Grandclément.

13/11 : Action 5 : Défi Ecol'Energie : le Défi Ecol’Energie est un programme éducatif aux économies d’énergies à destination des classes de CM1/CM2 de l’agglomération lyonnaise. Depuis 2 ans les écoles de Vaulx-en-Velin bénéficient de ce partenariat.

14/11 : Action 6 : Mobilité raisonnée pour la Ville : en 2014 réduction de 50% du parc de véhicules de type berlines de la municipalité; par ailleurs, dans le cadre de son PDA (Plan de déplacement Administratif), la Ville de Vaulx-en-Velin s'est engagée à acheter une dizaine de vélos et à réaliser, en centre-ville, un local sécurisé pour les vélos municipaux.

15/11 : Action 7 : Diffusion aux habitants de moyens de mobilité raisonnée : réalisation de nombreux aménagements cyclables et implantation de stations BlueLy.

16/11 : Action 8 : Construction d'une école énergétiquement sobre : objectif BEPOS (Bâtiment à Energie Positive) pour la construction de l'équipement intégré René Beauverie (groupe scolaire, CLSH, équipement petite enfance), 5300 m² neuf, livraison 2nd semestre 2017.

17/11 : Action 9 : Plan Zérophyto : en mai 2015, la commune a adhéré à la "Charte régionale d'entretien des espaces publics - /Objectif /zéro pesticide dans nos villes et villages". Il reste à la mettre en musique dès le printemps 2016... en se préparant dès l'hiver 2015.


18/11 : Action 10 : Réduire les consommations d'énergie des batiments communaux : signature de contrats de performance sur des objectifs de réduction de la consommation pour 13 bâtiments communaux (objectifs de réduction de 14% des consommations, contrat de 5 ans).

19/11 : Achat d'Energie Verte : Engagement sur l'achat d'électricité "verte" (production d'énergie renouvelable) pour la fourniture en énergie des bâtiments communaux.

20/11 : Aménagement numérique du territoire : créer les conditions de l'accès (infrastructures, matériel, formation, services en ligne, etc…) au monde du numérique pour les habitants, associations, entreprises, etc… avec des traductions urbanistiques (grenellisation du PLU-H), sociales (développement d'Espaces Publics Numériques), économiques (attractivité du territoire par la fibre optique) et environnementales (réductions des empreintes carbone par les téléservices, réduction du papier par la dématérialisation).

21/11 : Services en ligne : la Ville de Vaulx-en-Velin propose et proposera encore plus de téléservices (paiement en ligne etc…) ayant pour conséquence de réduire les déplacements (et donc l'empreinte carbone des transactions).

22/11 : Optimisation du parc informatique de la Ville de Vaulx-en-Velin : partage des imprimantes, mutualisation des équipements, virtualisation des serveurs (et donc réduction de la consommation électrique), réduction des consommables (encre, papier, impression recto/verso).

23/11 : Acquisitions Eco - Responsables : introduction de clauses environnementales dans les marchés publics (PC par ex.)

24/11 : Lancement d'un audit énergétique du patrimoine communal : Mieux connaître les caractéristiques thermiques des bâtiments publics appartenant à la Ville  afin de programmer et  piloter au plus juste les travaux de réhabilitation.

25/11 : Soutien à des initiatives nationales en faveur de l'environnement : depuis avril 2014, la nouvelle municipalité s'engage et soutient les actions du territoire mises en œuvre à l'occasion de la "Semaine Européenne de Réduction des Déchets", de la "Semaine Européenne de Développement Durable" et de "La Faites de la Propreté".

26/11 : Préservation et renforcement des corridors végétaux et aquatiques constituant la biodiversité locale : intégration d'une trame verte et bleue dans le PLUH (Plan Local d'Urbanisme et d'Habitat).

27/11 : Soutien à des projets de coopération décentralisée liés au changement climatique, au développement et à la protection de l'environnement : aide aux victimes du séisme au Népal.

28/11 : Développement de la Nature en Ville : Soutien et renforcement des jardins familiaux et partagés.

29/11: Création du Service Environnement : Création d'un service dédié afin de répondre aux enjeux de la transition énergétique et de la prise en compte des problématiques environnementales et de développement durable à l'échelle de la Ville de Vaulx-en-Velin.

Premier bilan sur « la Petite Enfance ».

Virginie-ComteLe sujet de la Petite Enfance (moins de 3 ans) est un dossier essentiel dans la politique d’une ville. Et bien que cette compétence ne relève pas que des municipalités, c’est une politique nationale que nous prenons à bras le corps avec l’aide des partenaires indispensables que sont la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) du Rhône et le Conseil Général qui  nous apportent leur soutien.

 Comme nous l’avons indiqué tout au long de la campagne des élections municipales, l'Education et la Petite Enfance sont nos priorités phares de ce mandat. En effet, parce que la petite enfance est un enjeu majeur et parce que l’accompagnement des enfants et leur développement sont au centre de nos préoccupations, nous avons volontairement pris le parti d’être acteur de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

 Bien que nous situant dans un contexte de contraintes financières de plus en plus prégnant, nous nous devons de maintenir une qualité d'accueil des enfants au sein de toutes les structures municipales.

 Comme chacun le sait, la CAF a fortement réduit ses subventions. Il y a plusieurs années, notre ville a été un précurseur car la CAF finançait certaines formations pour les professionnels de santé mais aussi d'autres actions grand public au moyen de subventions (livret d'accueil...). Depuis, la ville a développé surtout le nombre de berceaux afin de rattraper son retard par rapport à la moyenne nationale. Actuellement cette moyenne est de 14 enfants pour 100 places, mais à Vaulx-en-Velin nous en sommes à 7 places pour 100 enfants. Aussi, malgré le nombre croissant de places crées ces dernières années, un manque  conséquent de berceaux pour accueillir les petits Vaudais se fait sentir.

 Le défi qui se présente à nous est de taille. La question fondamentale qui se pose est : Comment mener des actions pédagogiques et offrir un même service avec moins de moyens ?

 

Pour cela nous devons :

 1- Mieux organiser l’accueil individuel au sein des  Relais d’Assistantes Maternelles (R.A.M.) :

 Comment faire cela : en instaurant le principe d’une adhésion des  Assistantes Maternelles et en développant leur rôle d’intermédiation entre les professionnels et les parents. Actuellement, au niveau quantitatif, seulement 30 % des assistantes maternelles fréquentent les RAM. Nous souhaitons les développer afin d'augmenter leur fréquentation. Et les difficultés budgétaires que tous connaissent, ne doivent en aucun cas abaisser la qualité d'accueil des assistantes maternelles au sein des structures. C’est pour cette raison que nous devons, ensemble, trouver des solutions moins onéreuses.

 En effet, même si des interventions extérieures sont nécessaires pour diversifier l'offre des activités proposées au sein des relais, il n'en demeure pas moins qu'avec l'accueil,  l'animation est une des fonctions de l'animatrice.

 Des échanges d'expériences et d'expertises d'animation inter-relais seront encouragés, des stages animation en école d'animation pourront aussi être proposés afin que les animateurs s'épanouissent dans le travail et par la même occasion il soit possible de réduire le recours aux intervenants extérieurs.

 J'ai d'ores et déjà visité tous les Etablissements d’Accueil des Jeunes Enfants (EAJE).  Suite à une réunion plénière avec Mme la maire et l'ensemble des assistantes maternelles qui a eu lieu le 16 octobre 2014, j'ai programmé dernièrement la visite des relais d'assistantes maternelles afin d'évoquer ensemble les problèmes mais aussi les points positifs !

 2- Développer des solutions innovantes à des besoins nouveaux grâce à plusieurs idées :

 - Soutenir l’offre de solutions aux horaires atypiques. Dernièrement, j'ai pu rencontrer plusieurs personnes (professionnels et particuliers) ayant l'intention d'ouvrir une microcrèche dans notre ville aux horaires atypiques. Ces projets n'en sont qu'au stade embryonnaire et, à ce jour, seules les Assistantes Maternelles assurent ce service aux usagers.

Notre rôle de responsables politiques est de répondre aux attentes de nos concitoyens. Aussi, c'est la raison pour laquelle, je désire associer l'ensemble du service Petite Enfance aux projets que nous menons. En effet, je vous propose d'être acteur des mutations futures de notre ville.

- Pour l'avenir, nous allons organiser une journée /forum petite enfance.

Virginie COMTE

Tribune COP21

 

         

De la COP 21 à l’action locale

pour les citoyens

Par Matthieu Fischer, Adjoint au maire  pour l'écologie, l'environnement et le patrimoine naturel

 

Du 30 novembre au 11 décembre prochains, la France accueille la conférence sur le climat. C’est une échéance cruciale qui a pour objectif d’aboutir à un accord international, applicable par tous les pays avec pour priorité : le maintien du réchauffement climatique mondial en deçà de 2°C. Si rien n’est fait, l’activité humaine engendrera une augmentation de l’ordre de 5°C, une variation comparable à celle qui nous sépare de la dernière ère glaciaire. La conférence abordera l'adaptation au changement climatique, phénomène qui nécessite une profonde transformation de nos modes de vie.

Chacun est concerné. L’enjeu pour la ville est de faire le lien entre ces décisions internationales qui peuvent paraître lointaines et l’échelon local. Il est nécessaire de rendre concret et de mettre en œuvre auprès des Vaudais les évolutions exigées par la transition énergétique afin de la soutenir et non pas la subir.

L’ensemble de la population est concerné par les objectifs fixés. Une étude de la métropole montre que 20 % de la population est en situation de précarité énergétique avec le risque croissant d’une évolution vers une grande pauvreté lorsque les coûts de l’énergie augmenteront.

Conscient de cet enjeu majeur alors que rien n’a été entrepris par les exécutifs précédents, notre plan climat entend accompagner les foyers pour améliorer leur confort, réduire leur facture énergétique en facilitant la rénovation énergétique des bâtiments et en travaillant sur les changements de comportements.

C’est avec énergie et conviction que l’APVV porte de nombreuses initiatives concrètes pour les Vaudais dans la redéfinition des projets d’urbanisme notamment en matière de performances environnementales. En témoigne la réponse faite sur l’appel à manifestations d’intérêt pour le programme d’investissements d’avenir « ville et territoires durables ».

Pour l’APVV, c’est par l’engagement citoyen de tous que nous pourrons contribuer à lutter contre le réchauffement climatique pour rendre notre territoire énergétiquement sobre, consommer avec plus de discernement et favoriser les circuits courts. La nécessité d’une prise de conscience à tous les échelons est bien réelle. Il n’y a pas une transition énergétique, mais des choix situés localement selon les spécificités du territoire, le tissu urbain, environnemental et économique. Il s’agit d’un défi humain permettant de créer d’autres synergies sociales pour remettre les citoyens au centre des préoccupations.

 

Quel budget pour Vaulx-en-Velin en 2014?

Avant le 30 avril les budgets 2014 de toutes les villes de France doivent être votés. Vaulx-en-Velin n’échappera donc pas à la règle. Ce vote déroulera en deux phases. Lors du conseil du 24 avril aura lieu le débat d’Orientation Budgétaire (appelé souvent de façon un peu barbare : D.O.B.). Première étape du cycle budgétaire annuel des collectivités locales, le DOB est un document essentiel qui permet de rendre compte de la gestion de la ville (analyse rétrospective) tout en projetant ses capacités de financement pour l’avenir (analyse prospective). Ce débat doit permettre au conseil municipal de discuter des orientations budgétaires qui préfigurent les priorités qui seront affichées dans le budget primitif voire au-delà pour certains programmes lourds. Mais ce doit être aussi l’occasion d’informer les conseillers municipaux et au-delà tous les vaudais sur l’évolution financière de la collectivité en tenant compte des projets communaux et des évolutions conjoncturelles et structurelles qui influent sur nos capacités de financement. Le DOB sera ensuite suivi, lors du conseil municipal du  30 avril, par le vote du budget.

Quelles sont les bases sur lesquelles le budget va être monté ?

Tout au long de la campagne, l’équipe d’Agir Pour Vaulx-en-Velin n’a cessé de dénoncer la mauvaise gestion de l’ancienne équipe municipale qui ne jurait que par :

  • la dette (+40% en 6 ans),
  • la hausse continuelle des impôts (+22% en 6 ans) avec des taux les plus élevés du Rhône,
  • des dépenses pharaoniques (comme le Planétarium ou le Centre Aquatique) avec leurs corollaires que sont les frais de fonctionnement exponentiels (+750.000 euros pour le Planétarium et +1.500.000 euros pour la Centre Aquatique) à trouver dans la poche des vaudais.

Les bases financières de la ville sont donc mauvaises. Les fondations sont bancales. De plus seules 25% des recettes financières de Vaulx-en-Velin viennent des contributeurs directs (entreprises et citoyens contribuables). Vaulx-en-Velin dépend donc, pour financer ses actions, de la redistribution nationale, des subsides et aides diverses, de la péréquation et de diverses dotations dues à son déséquilibre structurel crée par 85 années d’une gestion communiste qui n’a fait qu’emmener la ville dans la difficulté.

Un audit des finances de la ville va devoir être mené par un organisme indépendant très rapidement. C’est lui qui dira la juste réalité de nos finances. Nous souhaitons que cet audit soit rendu public afin que ne circulent pas dans la ville des informations contradictoires. 

Quelles marges de manœuvre la nouvelle équipe a-t-elle ?

Alors que déjà 1/3 de l’année s’est écoulé et que bon nombre des dépenses annuelles ont été lancé par l’équipe de B Genin, il ne sera pas simple pour la nouvelle équipe d’imprimer sa marque sur le budget 2014. Au mieux, la nouvelle municipalité va-t-elle enfin pouvoir gérer en « bon père de famille » c’est-à-dire :

  • ne pas dépenser plus que ce qu’elle a,
  • préparer l’avenir.

Quelles sont les priorités d’Agir Pour Vaulx-en-Velin ?

Durant toute la campagne nous avons affiché nos priorités : l’éducation donc les écoles (à construire ou à rénover), l’économie et l’emploi. Quelques actions symboliques doivent pouvoir être menées très rapidement comme :

  • l’arrêt du projet de Centre Aquatique qui au-delà du coût énorme (20.000.000 d’euros) va générer une sur-dépense annuelle de 1.500.000 euros à la seule charge des vaudais,
  • une baisse des dépenses de communication de la municipalité (1.000.000 euros par an),
  • la création d’emplois dans la police municipale avec pour objectif le doublement des effectifs à très court terme.

Cette gestion plus réaliste de la ville doit permettre dès le budget 2015 la baisse des taux des impôts locaux. C’est une priorité car les vaudais ne supportent plus une pression fiscale aussi lourde qui pénalise l’arrivée de nouveaux habitants et ne permet pas de conserver les récents arrivants.

Lien Facebook

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014