Le secteur du Marché aux Puces toujours sans loi le dimanche!

Jeudi 6 juillet 2017.

Ce dimanche, comme tous les dimanches se déroulait le marché aux puces situé à la sortie de Vaulx juste avant le pont de Cusset.

Tout le monde sait que, à moins de vouloir y aller, c'est un quartier à éviter le dimanche parce que complètement bloqué. Les riverains, excédés depuis tant d'années par tant d'incivilités se sont résignés. Aucun maire depuis 20 ans n'a pu faire bouger la situation d'un iota. Même notre majorité, pourtant mobilisée dès l'élection de 2014, n'a encore pu avoir aucun résultat.

Il faut dire que la situation n'est pas simple (mais existe-t-il des situations simples?) car chaque forain est propriétaire de sa parcelle, soit plus de cent propriétaires avec lesquels il faut s'entendre, si l'on veut déplacer ce marché, pour qu'ils s"installent dans un lieu plus propice. Même l'adjoint de quartier, qui en avait fait son cheval de bataille dès son élection après 7-8 ans de bataille comme Président de l'association Au Fil de la Rize, semble avoir abandonné.

Malheureusement dimanche dernier, alors que je partais aux urgences de l'hôpital Femme Mère Enfant rejoindre ma fille hospitalisée, j'avais oublié qu'il ne fallait pas passer par là!

Je suis arrivé par la rue Paul Teste et déjà les voitures sont bloquées sur l'avenue Péri. Les bus sont tout aussi bloqués que moi et la situation dure bien 5 minutes sans que rien ne bouge. Je décide alors de prendre à droite pour contourner la difficulté et remonter par la rue Lefèvre, puis la rue Rémy Cachet. Horreur ! C'est pire. Enfin, avant, il y avait un boulevard saturé, mais là, il y avait des rues bloquées par des voitures garées des deux cotés sur les trottoirs. Et une circulation, de fait, qui ne peut plus de se faire à double sens, des voitures qui cherchent malgré tout à circuler dans les deux sens. Après, certains, sortant de stationnement, manoeuvraient tranquillement pour faire demi tour dans un mouchoir de poche, au milieu d'un concert de klaxons général. Même un responsable de la sécurité s'est déplacé... pas pour gérer la bérézina, mais demander aux automobilistes d'arrêter de klaxonner car cela les gênaient. Après tout, le grand responsable, selon eux, c'était l'accès au parking, fermé d'ailleurs.


    

Après plus de 20mn bloquée, je finis par revenir à mon point de départ : la rue Péri. Et là, toujours coincée j'ai trouvé la raison d'une partie du blocage : les conducteurs de bus avaient eux aussi considéré que le droit et le civisme n'avait plus lieu en cet endroit. Donc, ils ne bloquaient pas qu'une voie pour s'arrêter, mais les deux voies, voire se mettaient à cheval sur les deux voies. Il faut dire, à leur décharge, que quand des voitures se servent d'une voie comme zone de parking, ils n'ont plus vraiment le choix. La situation a encore mis 5 bonnes minutes pour que les trois bus qui arrivaient en même temps fassent descendre et monter leurs passagers.

     

Je n'avais vu jusqu'à présent ce problème que de l'avenue et n'avait pas vu ce problème de bus. Je l'avais entendu de tous les riverains, mais ce qu'ils vivent n'est pas simplement du stationnement sauvage ! C'est l'espace de quelques heures par semaine un lieu où il n'y a plus de loi, où les règles de la société ont cessé d'exister, où les automobilistes se conduisent en sauvages, s'installant comme ils veulent, où ils veulent, au mépris de tout, jetant leurs détritus à même le sol, klaxonnant quand ils sont eux, gênés.

Cette situation n'est pas acceptable et il est peut-être temps de s'atteler à résoudre ce problème. Et des solutions existent:

* la première chose à faire à court terme est de mettre des policiers en nombre suffisant pour interdire le stationnement voiture ! Il s'agit d'avoir de la volonté d'assurer la sécurité du quartier et de faire respecter la loi de la République,

* la seconde à long terme serait d'organiser le déménagement du marché. Pour cela, une seule solution face aux nombreux propriétaires : une DUP (Déclaration d'Utilité Publique) pour construire une école par exemple. Bernard Genin avait déjà suggéré cette idée il y a quelques années mais il pensait, à l'époque, à l'école de danse. Mais cette dernière n'était pas considérée comme nécessitant une DUP.

En attendant, pour changer l'image du site l'espace d'un temps, le feu d'artifice sera tirée de ce site le 13 juillet. Pas sûr que cela mette du baume au coeur des riverains surtout si les vaudais viennent en voiture et bloquent une fois de plus le quartier.

Christine BERTIN

Lien Facebook

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014