Le secteur du Marché aux Puces toujours sans loi le dimanche!

Jeudi 6 juillet 2017.

Ce dimanche, comme tous les dimanches se déroulait le marché aux puces situé à la sortie de Vaulx juste avant le pont de Cusset.

Tout le monde sait que, à moins de vouloir y aller, c'est un quartier à éviter le dimanche parce que complètement bloqué. Les riverains, excédés depuis tant d'années par tant d'incivilités se sont résignés. Aucun maire depuis 20 ans n'a pu faire bouger la situation d'un iota. Même notre majorité, pourtant mobilisée dès l'élection de 2014, n'a encore pu avoir aucun résultat.

Il faut dire que la situation n'est pas simple (mais existe-t-il des situations simples?) car chaque forain est propriétaire de sa parcelle, soit plus de cent propriétaires avec lesquels il faut s'entendre, si l'on veut déplacer ce marché, pour qu'ils s"installent dans un lieu plus propice. Même l'adjoint de quartier, qui en avait fait son cheval de bataille dès son élection après 7-8 ans de bataille comme Président de l'association Au Fil de la Rize, semble avoir abandonné.

Malheureusement dimanche dernier, alors que je partais aux urgences de l'hôpital Femme Mère Enfant rejoindre ma fille hospitalisée, j'avais oublié qu'il ne fallait pas passer par là!

Je suis arrivé par la rue Paul Teste et déjà les voitures sont bloquées sur l'avenue Péri. Les bus sont tout aussi bloqués que moi et la situation dure bien 5 minutes sans que rien ne bouge. Je décide alors de prendre à droite pour contourner la difficulté et remonter par la rue Lefèvre, puis la rue Rémy Cachet. Horreur ! C'est pire. Enfin, avant, il y avait un boulevard saturé, mais là, il y avait des rues bloquées par des voitures garées des deux cotés sur les trottoirs. Et une circulation, de fait, qui ne peut plus de se faire à double sens, des voitures qui cherchent malgré tout à circuler dans les deux sens. Après, certains, sortant de stationnement, manoeuvraient tranquillement pour faire demi tour dans un mouchoir de poche, au milieu d'un concert de klaxons général. Même un responsable de la sécurité s'est déplacé... pas pour gérer la bérézina, mais demander aux automobilistes d'arrêter de klaxonner car cela les gênaient. Après tout, le grand responsable, selon eux, c'était l'accès au parking, fermé d'ailleurs.


    

Après plus de 20mn bloquée, je finis par revenir à mon point de départ : la rue Péri. Et là, toujours coincée j'ai trouvé la raison d'une partie du blocage : les conducteurs de bus avaient eux aussi considéré que le droit et le civisme n'avait plus lieu en cet endroit. Donc, ils ne bloquaient pas qu'une voie pour s'arrêter, mais les deux voies, voire se mettaient à cheval sur les deux voies. Il faut dire, à leur décharge, que quand des voitures se servent d'une voie comme zone de parking, ils n'ont plus vraiment le choix. La situation a encore mis 5 bonnes minutes pour que les trois bus qui arrivaient en même temps fassent descendre et monter leurs passagers.

     

Je n'avais vu jusqu'à présent ce problème que de l'avenue et n'avait pas vu ce problème de bus. Je l'avais entendu de tous les riverains, mais ce qu'ils vivent n'est pas simplement du stationnement sauvage ! C'est l'espace de quelques heures par semaine un lieu où il n'y a plus de loi, où les règles de la société ont cessé d'exister, où les automobilistes se conduisent en sauvages, s'installant comme ils veulent, où ils veulent, au mépris de tout, jetant leurs détritus à même le sol, klaxonnant quand ils sont eux, gênés.

Cette situation n'est pas acceptable et il est peut-être temps de s'atteler à résoudre ce problème. Et des solutions existent:

* la première chose à faire à court terme est de mettre des policiers en nombre suffisant pour interdire le stationnement voiture ! Il s'agit d'avoir de la volonté d'assurer la sécurité du quartier et de faire respecter la loi de la République,

* la seconde à long terme serait d'organiser le déménagement du marché. Pour cela, une seule solution face aux nombreux propriétaires : une DUP (Déclaration d'Utilité Publique) pour construire une école par exemple. Bernard Genin avait déjà suggéré cette idée il y a quelques années mais il pensait, à l'époque, à l'école de danse. Mais cette dernière n'était pas considérée comme nécessitant une DUP.

En attendant, pour changer l'image du site l'espace d'un temps, le feu d'artifice sera tirée de ce site le 13 juillet. Pas sûr que cela mette du baume au coeur des riverains surtout si les vaudais viennent en voiture et bloquent une fois de plus le quartier.

Christine BERTIN

Un projet de logements sociaux à la Rize finalement achevé.

Mardi 16 mai 2017.

Projet longtemps combattu par les associations locales du quartier de la Rize - Pont des Planches et en particulier l'Association Au Fil de la Rize, le projet de Grand Lyon Habitat de réalisation d'une quinzaine de logements sociaux à l'angle de l'Avenue Grandclément et du Chemin du Gabugy a bien été construit.

Argumentant à l'origine sur de nombreuses non conformités au PLU, comme la hauteur prévue de près de 2 m trop élevée par rapport à la limité légale, comme la non intégration dans l'environnement du fait des façades trop colorées ou des toits en pente, ou encore le danger par rapport à la circulation routière, les actions légales des habitants ne se sont pas poursuivies.

Le projet s'est donc réalisé tel quel.

    

    

A chacun de juger si, au final, ces constructions s'intègrent bien et si les non conformités légales sont supportables.

Affaire de gout.... et de loi respectée.

Christine BERTIN.

Le nettoyage de la Rize comme tous les ans!

Dimanche 30 Avril 2017.

Comme il est de coutume, avec le printemps réapparaissent les opérations de nettoyage citoyen.

Et celui de la rivière la Rize, le plus ancien a eu lieu hier. Comme tous les ans, jeunes et moins jeunes, habitants du quartier ou extérieurs, tous rassemblés par le mot d'ordre de l'association Au Fil de la Rize (dommage qu'ils n'apparaissent pas sur l'affiche) se sont retrouvés dès 8h sur la Place Roger Laurent pour passer un belle matinée à améliorer le quotidien.


Et le travail a été pour tous, d'arrache-pied, de récolter le plus de déchets possibles. Nos jeunes n'étaient pas les derniers à participer et ils ont tangenté la rivière de très près, ils l'ont même traversée sur un tronc d'arbre.... tout cela pour la bonne cause.

                            

Et le résultat a été énorme puisque 6 camionnettes ont été remplies de déchets allant des pare-brises complets mais cassés, aux multiples canettes et bouteilles de bière. L'apéro de fin d'opération a été le bienvenu.

    

Et comme tous les ans nous étions venus en force avec des forces jeunes et vives! Merci à tous les présents pour cette action citoyenne pour la préservation de notre environnement.

Thierry CAILLOT

La Rize souvent oubliée.

Jeudi 12 Janvier 2017.

Yves LacazedieuDepuis quelques jours la rivière la Rize qui s'écoule le long du canal de Jonage en contrebas de la retenue d'eau connait un léger regain d'intérêt en matière d'entretien.

En effet cette rivière historique connue et reconnue localement, venant de Décines, traversant la Zone Industrielle puis longeant le parc de la Rize et se jetant plus loin dans le canal sur Villeurbanne, est actuellement entretenu par des agents "forestiers" chargés de couper un certain nombre d'arbres qui ont poussé le long des berges et semblent occasionner des dégâts. Comme c'est assez rare de voir ce type d'intervention autour de ce cours d'eau il faut le souligner. Cela permet de rappeler que chaque année une manifestation est organisée par l'association de quartier locale, "Au Fil de la Rize", pour assurer un nettoyage citoyen par des personnes mobilisées pour ce type d'opération en faveur de l'environnement. Agir Pour Vaulx-en-Velin y participe chaque année, et au printemps dernier nous y étions encore (lire ICI).

Toutefois toutes les opérations citoyennes du monde ne permettront jamais d'éviter les pollutions volontaires ou accidentelles de la rivière. Et ce mardi matin, c'est probablement du fioul qui a été rejeté dans la Rize. L'odeur d'hydrocarbures lourds était très très forte. Le dessus de la rivière semblait gras et pâteux.

Des riverains et des promeneurs se sont étonnés de l'odeur. Et ce n'est pas la première fois. Le fautif: la Zone Industrielle Est et ses eaux de ruissellement qui ne passent pas par un bassin de rétention. Et pourtant ce bassin est réclamé depuis si longtemps. Il doit être réalisé par le Grand Lyon depuis l'année 2000. Et il ne l'est toujours. Souvent décalé, jamais prioritaire pour des élus en mal de communication, il reste non fait. Et les poissons n'aiment pas cette façon de faire car leur rivière n'est pas un bac de rétention d'hydrocarbures et leurs branchies pas une éponge absorbante de fioul. Il est chaque jour plus urgent que ce fameux bassin soit enfin porté par tous les élus en charge de ce dossier dans chacune des villes concernées et aussi par les élus métropolitains.

Un autre point de vigilance sur ce cours d'eau est la partie aval de la rivière à l'entrée de Villeurbanne (le long des snacks en bas du pont de Cusset). En ce lieu c'est une véritable décharge à ciel dans laquelle baigne la Rize.

Il est, là aussi, grand temps que les riverains concernés qui ont colonisé et "pourri" cette pauvre rivière respectent les lois de l'urbanisme et de l'environnement. Des actions auprès des contrevenants sont menées sans résultat à ce jour. La fusion des syndicats du Canal de Jonage, de la Rize et du Grand Parc active au 1° janvier permettra probablement de mobiliser plus de moyens et d'énergie pour résoudre ce type d'actions (comme pour obtenir le bassin); en tous cas c'est aussi une des nombreuses raisons du regroupement de ces syndicats inter-communaux.

Yves LACAZEDIEU.

Rue Jacques Monod: du mieux et du moins bien...

Lundi 27 Février 2017.

La rue Jacques Monod dans la Zone Industrielle Est, est depuis des années une véritable décharge sauvage.

A chaque fois qu'elle est nettoyée, elle est salie dès le lendemain matin. Les promeneurs s'en plaignent, les entreprises s'en plaignent. 

Ainsi la voilà ce week-end.

       

       

Mais quelquefois une lueur apparait au loin. Cette lueur pourrait être la surveillance, humaine ou par caméra. Elle pourrait être le nettoyage régulier, tous les jours, ou tous les deux jours. Mais cette fois c'est l'investissement public, celui d'une barrière sur 80 mètres.

      

A la fois pour protéger le bout de la rue d'une décharge mais aussi pour liaisonner le bout de la Promenade Lénine à la promenade le long de la Rize côté Décines. "D'une pierre d'une coup". De quoi sécuriser la rue, la zone piétonne et empêcher la décharge publique. Une bonne action, un peu dispendieuse, mais on a rien sans rien.

Maintenant il faudra quand même s'assurer que le long de la barrière, le fossé soit propre... ce qui n'est pas encore le cas.

      

Puis il nous faudra encore travailler sur le reste de la rue sur les 450 m qui restent. Et toujours s'assurer que le reste de la ZI Est et de toutes les autres zones industrielles soient propres ce qui n'est pas mince!

Stéphane BERTIN.

Quelques nouvelles des abords du Marché aux Puces de la Rize.

Jeudi 1° Décembre 2016.

Sur le front du Marché Aux Puces du dimanche matin à la Rize, une amélioration sensible du stationnement pirate est enregistrée dans une zone très accidentogène : en bas du Pont de Cusset.

En effet depuis une dizaine de jours des aménagements routiers sont en place : des quilles et des bornes rectangulaires en béton ont été disposées en ligne dans le virage comme le montrent les photos ci-dessous.

                    

C'est donc une bonne nouvelle pour la sécurité des piétons et pour empêcher le stationnement sur la 3° demie-voie dans le virage.

Côté sécurité voilà donc un plus qui tranche avec les soucis de stationnement pirate et l'inefficacité de l'ensemble des mesures prises pour l'instant que ce soit en matière de verbalisation ou de présence policière. Si des moyens ont bien été mis, les résultats ne sont pas encore au rendez-vous.

Et ce n'est malheureusement pas sur le front de la propreté que les choses bougent. Quelques photos un dimanche soir de marché!

               

Il est probable que dans quelques temps la Convention Qualité Propreté finisse par donner des résultats concrets.

Thierry CAILLOT - Président Association Agir Pour Vaulx-en-Velin

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014