Un projet qui interroge.

Lundi 25 février 2019.

Le 18 décembre 2017, nous annoncions ici même (lire notre article du moment), la création de logements en lieu et place de l'ex-usine Kaeser.

Le chantier de ces logements, ainsi que la construction de bureaux sur le même pâté de maisons, a débuté il y a un peu moins d'un an et nous relations l'avancement des travaux il y a 6 mois (lire ICI notre article de la rentrée de septembre).

Et depuis le béton continue à couler, les grues tournent, et les murs se montent (ils sont d'ailleurs presque finis).

Une des demandes du conseil de quartier et des riverains du riverains était de conserver l'ancienne façade de l'usine (comme ce fut le cas pour l'usine Tase). Le services des monuments historiques appuya cette demande devenue alors obligation et le promoteur, Icade, incorpora dans son projet la façade.

Mais cette préservation se fait d'une façon assez étrange puisque la façade n'est pas incorporée au bâtiment de logements. Elle est juste décalée de 5 à 6 mètres. Et cela donne quelque chose d'assez étrange qui localement pose beaucoup de questions.

    

Il est vrai que pour l'instant la bonne volonté de tous les acteurs (métropole, ville, promoteur) était réelle. Le projet a été revu à la baisse pour ce qui concerne les hauteurs, un espace vert a été rajouté, la rue du rail a été modifiée.

Mais sur ce sujet de la conservation de la façade les questions sont réelles sur la pérennité de cette sauvegarde et surtout l'utilisation des logements du rez de chaussée risque d'être soumise à caution. En effet, on ne peut que s'interroger sur le fait de vivre dans un appartement au rez de chaussée avec au bout de son jardinet, à 5 mètres, un mur de 5 mètres de haut qui cache, et la vue et le soleil.

Les discussions risquent donc de ne pas s'arrêter demain.

Jean-Maurice CHAUSSONNERIE.

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014