Quand la ville consulte les conseils de quartier pour du beurre.

Mardi 9 juillet 2019.

Le parking prévu par la municipalité vaudaise dans l'enceinte du stade Aubert va finalement se réaliser.

Et cela est confirmé, même sur le site de la ville, où l'on peut trouver, dans la rubrique "Travaux", le texte ci-dessous.

Par contre, dans la série "on ne manque pas de souffle", il est inscrit "suite à une consultation du Conseil de Quartier". C'est bel et bien vrai mais le conseil de quartier s'était prononcé défavorablement sur ce projet (lire notre article de février à ce sujet). Et pourtant les élus, au premier rang desquels la Maire, ont toujours dit, "nous suivrons les avis des conseils de quartier". Comme dirait un collègue élu "blablabla".... mais la municipalité ne va pas jusqu'à dire qu'elle a respecté l'avis des habitants; ce serait, là, trop gros!

Stéphane BERTIN.

Le projet de rénovation des Grandes Cités Tase au Sud.

Vendredi 29 et samedi 30 mars 2019.

Lors de la réunion du conseil de quartier du Sud section La Tase - Soie qui s'est déroulée lundi dernier, il a été question de nombreux sujets dont le projet de rénovation des fameuses Grandes Cités Tase située entre la rue Marius Grosso, la rue Nelli, l'avenue Roger Salengro, et la rue Romain Rolland.

Il y aura une partie en réhabilitation classique, une partie en réhabilitation avec des modifications extérieures, une partie de démolition et une partie de construction.

Aux vues du projet joint (voir ci-dessous) il faudra bien suivre la conservation du style d'origine des bâtiments. En effet lorsqu'on voit les visuels des façades pages 43 et 44 le style sera définitivement perdu de par la création d'ascenseurs extérieurs et de structures en bois sur les façades qui disparaissent (!).

 

Ce secteur est un enjeu face à notre souci de conserver notre patrimoine bâti. La mise en valeur de la façade de l'usine Tase fut une réussite. L'enjeu pour les Grandes Cités est encore plus important! C'est pas gagné!

Christine BERTIN.

Attachments:
FileFile size
Download this file (PrésentationRENOV Grandes cités tase 2019.pdf)PrésentationRENOV Grandes cités tase 2019.pdf2458 kB

Un parking dans l'enceinte du stade Aubert contre vents et marées.

Jeudi 28 février 2019.

La semaine dernière avait lieu la présentation officielle du projet de parking dans l'enceinte du stade Aubert.

Ce sont 4 élus qui avaient fait le déplacement avec 3 personnes des services de la ville pour présenter le projet à 4 membres du conseil de quartier (qui connaissaient déjà ce dossier, mais nous y reviendrons plus tard) et à 4 habitants. Plus d'officiels que d'habitants. On ne peut pas dire que ce dossier déclenche l'engouement des foules.

De quoi s'agit il? C'est la création de 46 places de stationnement dont deux places handicapés à l'intérieur du périmètre du stade Aubert.

Et les discussions ont été vives. A cela plusieurs raisons.

La première d'entre elles, est l'origine de ce projet. En effet il semble que personne n'ait sollicité un tel aménagement. Et qu'il soit tombé du ciel tout seul un matin de janvier 2019. Tout coïncidence avec le besoin de montrer des actions de terrain pour la vie quotidienne des vaudais à 1 an des élections ne serait, comme au Mas du Taureau (lire ICI notre article d'hier). Publicité et communication, quand tu nous tiens.

Ce qui a aussi pas mal énervé les présents et surtout les membres du conseil de quartier c'est le non respect de l'avis de ce même conseil de quartier. En effet, réuni quelques semaines plus tôt, le conseil de quartier, auquel le projet a été présenté, avait émis un avis négatif et cela pour plusieurs motifs:

* Aucune étude préalable ni réflexion en amont n'a été mené; le projet est apparu un jour, tout ficelé sans motif,

* Le conseil de quartier a demandé qu'avant de dépenser 100.000 euros (le montant estimé des travaux), il serait utile de flécher l'actuel parking fait il y a 5-6 ans entre la mairie annexe et l'école Croizat. Ce parking est souvent vide, en particulier les soirs de matchs, et il serait bon de mettre 3 panneaux à proximité de l'entrée officielle du stade pour indiquer son existence. Après étude des effets de ce panneautage sur le stationnement sauvage il sera alors grand temps de dépenser 100.000 euros.

* Aucune autre solution de places de parking n'a été étudié.

* Les conditions d'ouverture de ce parking ne sont pas claires.

Mais il semble qu'en dépit de cet avis négatif, la ville ait déjà décidé de faire, coûte que coûte, ce parking quitte à refaire voter le conseil de quartier pour avoir un vote positif (sic!). Il est vrai que l'engagement de madame la maire de suivre l'avis du conseil de quartier sera difficile à respecter si elle veut quand même faire!

D'autres questions n'ont pas encore trouvé de réponse:

* L'incongruité de créer près de 50 places de stationnement et en même temps chercher à promouvoir les modes doux et l'abandon de la voiture. Quand on surcommunique sur la préservation de l'environnement, on risque le retour de bâton!

* La fin de l'espace libre à l'entrée du site qui permet de respirer un peu dans ce quartier en plein bétonnage et de faire des animations de temps en temps.

* Quid de la responsabilité de la ville en cas d'accident. Cette question empêche aujourd'hui l'ouverture du parking du gymnase Rousseau. Comment cela sera-t-il possible d'ouvrir au Sud et de fermer au Nord?

C'est donc un projet mal monté, mal prévu, mal engagé et sans vraie justification qui va être couter 100.000 euros. Une vraie soif de concret à 12 mois des élections. Là encore les vaudais jugeront.

Stéphane BERTIN.

Travaux Rue Chardonnet à l'angle avec l'avenue de Bohlen.

Mercredi 10 octobre 2018.

Parmi les travaux en cours sur la commune, ceux qui sont en cours à l'angle de l'avenue de Bohlen et de la rue Chardonnet, provoquent quelques soucis de circulation.

En effet le rétrécissement en amont du feu tricolore est réel puisque l'avenue à deux voies passent sur une centaine de mètres à une voie. Et comme c'est une avenue très fréquentée, ça bouchonne.

En tous cas l'angle de la rue sera bientôt magnifique.

   

  

Il reste que cette affaire est bizarre car lors de la réunion bilan de madame la maire en ce lieu il y a près d'un an, personne n'avait dit qu'il y avait un problème de voirie. Personne n'a demandé d'élargissement. Personne n'a fait état d'un danger en ce lieu.

Pourtant lors de cette réunion des problèmes locaux avaient été relevé; mais sur la question de la sécurité, des trafics, du non-respect des règles de l'urbanisme et de la propreté, là c'est une autre question!

Jean-Maurice CHAUSSONNERIE

Un projet qui interroge.

Lundi 25 février 2019.

Le 18 décembre 2017, nous annoncions ici même (lire notre article du moment), la création de logements en lieu et place de l'ex-usine Kaeser.

Le chantier de ces logements, ainsi que la construction de bureaux sur le même pâté de maisons, a débuté il y a un peu moins d'un an et nous relations l'avancement des travaux il y a 6 mois (lire ICI notre article de la rentrée de septembre).

Et depuis le béton continue à couler, les grues tournent, et les murs se montent (ils sont d'ailleurs presque finis).

Une des demandes du conseil de quartier et des riverains du riverains était de conserver l'ancienne façade de l'usine (comme ce fut le cas pour l'usine Tase). Le services des monuments historiques appuya cette demande devenue alors obligation et le promoteur, Icade, incorpora dans son projet la façade.

Mais cette préservation se fait d'une façon assez étrange puisque la façade n'est pas incorporée au bâtiment de logements. Elle est juste décalée de 5 à 6 mètres. Et cela donne quelque chose d'assez étrange qui localement pose beaucoup de questions.

    

Il est vrai que pour l'instant la bonne volonté de tous les acteurs (métropole, ville, promoteur) était réelle. Le projet a été revu à la baisse pour ce qui concerne les hauteurs, un espace vert a été rajouté, la rue du rail a été modifiée.

Mais sur ce sujet de la conservation de la façade les questions sont réelles sur la pérennité de cette sauvegarde et surtout l'utilisation des logements du rez de chaussée risque d'être soumise à caution. En effet, on ne peut que s'interroger sur le fait de vivre dans un appartement au rez de chaussée avec au bout de son jardinet, à 5 mètres, un mur de 5 mètres de haut qui cache, et la vue et le soleil.

Les discussions risquent donc de ne pas s'arrêter demain.

Jean-Maurice CHAUSSONNERIE.

Pour le World Clean Up Day....y'a du boulot!

Samedi 15 et dimanche 16 septembre 2018.

En cette journée du nettoyage mondial aussi appelée World Clean Up Day (lire notre article à ce sujet en cliquant ICI), il reste du boulot sur notre commune.

Si nous serons, je l'espère, nombreux sur le quartier du Grand Mas à nettoyer les espaces publics ce jour, dans tous les quartiers, il y a du boulot.

Ainsi au Sud, rien ne change. Souvent on pense aux abords de la Balme ou aux terrains vagues le long de l'avenue Salengro ou du boulevard des canuts. Mais il n'y a pas que là. Ainsi à peine à 100 m du Centre Commercial Carré de Soie, centre emblématique du renouveau du quartier, on peut trouver ça

Et cela ne semble gêner personne.....

A lire aussi notre article du 30 mai 2016 traitant des questions de vie quotidienne.

Jean-Maurice CHAUSSONNERIE.

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014