Coupes des arbres au Mas : la municipalité ne respecte pas la loi.

Jeudi 2 mai 2019.

Il y a trois jours, Thierry Nous informait de la coupe d'une dizaine d'arbres (des marronniers), au coeur du Mas (lire ICI l'article de lundi).

Ces arbres ont été coupé pour permettre la construction de la médiathèque du Mas, cette médiathèque qui deviendra aussi le centre social du Mas.

Plusieurs lecteurs nous ont interpellés car il ne comprenaient cette question de suppression illégale des arbres. Et pourquoi, une fois de plus notre Maire ne respecte pas la loi (ici le Plan Local d'Urbanisme).

C'est simple et cela se résume par le croquis ci-dessous.

Sur ce schéma, on voit clairement, que le Plan Local d'Urbanisme impose de mettre en valeur l'espace végétalisé, donc les arbres qui bordent le piétonnier qui était avant entre les deux bâtiments.

Et on voit bien que les arbres ont été bizarrement mis en valeur puisqu'ils ont été coupé!

   

Une drôle de façon de mettre en valeur un espace vert. Peut-être auront-ils droit une plaque mémorielle. Triste

Une fois de plus la municipalité vaudaise ne respecte pas la loi. Cette fois c'est la loi qui régit l'urbanisme. C'est la loi qui permet de respecter l'environnement en ne bétonnant pas trop. Mais cette fois la maire ne risque pas d'être condamnée pour la 8 eme fois par le tribunal... les arbres ne pourront pas faire de procès!

Stéphane BERTIN.

La médiathèque du Mas : ça part mal.

Lundi 29 avril 2019.

Le chantier de la médiathèque du Mas, nouvellement appelée "Médiathèque - Centre Social du Mas", a débuté il y a un mois.

Ce chantier part mal.

Il y a 3 mois, nous dénoncions en conseil municipal le dépassement de budget de 1.400.000 euros sur le gros oeuvre du fait de la complexité du bâtiment pensé par le fameux architecte Rudy RICCOTI (lire ICI le sujet du 10 janvier).

Mais les soucis ne sont pas que financiers.

Dès le début du chantier, les entreprises intervenantes ont été victimes de dégradations. Malheureusement, tous les chantiers sont aujourd'hui, trop souvent, le lieu de tels agissements.

Enfin, le chantier est parti et les clôtures du site ont été posées.

Mais le pire c'est la coupe d'arbres historiques situés dans une zone d'espaces verts à mettre en valeur.

                                            

  

Il semble qu'une fois de plus, le respect de la loi ne soit pas au coeur des priorités de la maire de Vaulx-en-Velin. Rien de bien nouveau sous le soleil! A part de beaux arbres coupés pour faire place au béton.

Thierry CAILLOT.

Au Grand Mas, un square pour masquer absence d'entretien et dégradations.

Mercredi 27 février 2019.

Après 5 ans d'inaction, au Grand Mas comme dans plusieurs autres quartiers, l'équipe municipale exécutive vaudaise est saisie d'une frénésie d'actions destinée à masquer le rien-faire des 3/4 du temps du mandat en matière de vie quotidienne des habitants de nos quartiers. L'équipe municipale doit donc maintenant faire et faire du visible. Plus de temps à perdre.

C'est ainsi, au coeur du Grand Mas, à la frontière du Mas du Taureau et des Cervelières - Sauveteurs, place Guy Mocquet, qu'un aménagement est en cours au bout de la Promenade Lénine.

  

Il s'agit de créer un espace vert pour quelques milliers d'euros sur le budget annuel de 110 millions d'euros.

Cet aménagement fait suite à la mise en place de barrières à la jonction de la Place Guy Mocquet et de la Promenade Lénine, équipements destinés à empêcher l'occupation du secteur. Il semble que cet objectif ne soit pas trop atteint... en tous cas il a déjà été partiellement brûlé et cassé pour laisser passer les véhicules. Et il n'est toujours pas réparé.

Est-ce que les quelques milliers d'euros dépensés en urgence sans étude ni avis préalable du conseil de quartier (comme ce fut le cas au village - lire notre article ICI) permettront de masquer aussi le manque d'entretien du quartier par la ville?

  

Pas si sûr! Chacun jugera.

Stéphane BERTIN.

Le Mas du Taureau, ca va partir pour 20 ans de travaux!

Lundi 25 juin 2018.

Il y a quelques semaines, dans une indifférence générale, un appel d'offre concernant le futur du Mas du Taureau a été lancé. Son objectif : "recruter" le futur aménageur de la ZAC du Mas sous la forme d’une concession d’aménagement définie aux articles L. 300-4 et suivants du Code de l’urbanisme.

Le concessionnaire qui sera retenu aura la charge de la réalisation de l’opération d’aménagement et de son financement.
 
Cette procédure fait suite a des délibérations de la Métropole de Lyon dont la première, le 13 janvier 2014, a approuvé la création de la ZAC du Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin, puis la suivante fin 2017, a permis d'approuver le bilan de la concertation préalable à la création de cette ZAC vaudaise et par la même de lancer la consultation afin de désigner un aménageur en charge de la mise en œuvre de cette opération.

Les choses sont donc lancées. La consultation va durer jusqu'au 6 août 2018, puis les choix s'opéreront d'ici la fin de l'année. Le budget prévisionnel est de 90.000.000 d'euros. Pas une paille! Et ensuite ce sera parti pour 15 ans (probablement 20 vu les délais dans ce type d'opérations) de bétonnage du quartier.

Pour revenir à l'appel d'offre, l'aménageur sera choisi selon 4 critères:

* Critère 1 : compréhension des enjeux, objectifs et contraintes de l’opération, et aptitude du candidat à conduire l’opération, appréciée au regard de l’exposé du candidat sur les points suivants:

    - Prise en compte de l’ambition métropolitaine en matière de développement durable économique, social et environnemental

    - Prise en compte des spécificités, contraintes et enjeux de l’opération reconnue de priorité nationale dans le cadre du NPRNU de l’ANRU

    - Compréhension et prise en compte de l’évolution programmatique de la ZAC et de la spécificité de son programme,

    - Prise en compte des enjeux de la temporalité du projet,

    - Méthodologie générale d’intervention, phasage et calendrier prévisionnels de réalisation,

    - Moyens humains et techniques mis à disposition pour réaliser l’opération,

    - Détail des missions à mener par l’aménageur en direct ou par le biais de prestataires et experts.
 
* Critère 2 : valeur technique de la proposition du candidat, appréciée au regard des propositions faites par celui-ci sur:

    - Une traduction du plan de composition initial dans le respect des orientations générales, 

    - Des principes de fonctionnement des ilots mixtes (artisanat/ logement ou commerces/logement…),

    - Une proposition programmatique optimisée du programme des équipements publics,

    - Des propositions pour atteindre les objectifs de qualité urbaine, architecturale, paysagère et environnementale du projet, 

    - Des propositions pour gérer la temporalité et accompagner la mutation du quartier dans le temps,

    - La pertinence technique et économique (au regard des coûts globaux) des choix opérationnels ,

    - Les propositions méthodologiques et outils mobilisés sur les enjeux spécifiques de l’opération : gestion transitoire du site et temporalité du projet (ex : livraison de la médiathèque, gestion d’attente des terrains ADOMA…), prise en compte de la gestion de l’eau, organisation et fonctionnement de la programmation mixte

    - La méthodologie et des démarches mises en œuvre, en vue de la commercialisation des fonciers aménagés et droits à construire produits au regard de la vocation future des ilots urbains, spécifiquement sur le volet économique.
 
* Critère 3 : cohérence et robustesse du montage financier de l’opération apprécié au regard du coût des équipements publics, du niveau de rémunération de l’aménageur, du prix de cession des charges foncières en adéquation avec le marché local et sur les 15 années de durée de la concession, du niveau de financement public demandé, des garanties financières proposées par l’aménageur au concédant et fournies par l’aménageur pour l’achèvement de l’opération, de la proposition de répartition du boni de liquidation et d’une manière générale, de l’optimisation du bilan.
 
* Critère 4 : degré d’acceptation et d’amélioration par le candidat, du projet de traité. (source marchespublics.grandlyon.com)

A terme l'aménagement concrétisera les plans suivants:

   

Commerces                                                             Logements

Aménagements - Equipements Publics et Transports

Ce projet est porté par la Métropole. Les élus et techniciens vaudais pilotent en amont. Quant au conseil de quartier, il n'est même pas informé qu'un appel d'offre est en cours. Peut-être a t il été oublié. Espérons que la suite des opérations se fera moins sans les habitants....

Christine BERTIN.

Des nouvelles du conseil de quartier du Grand Mas - Sauveteurs - Cervelières.

Vendredi 28 septembre 2018.

Après quelques mois sans nouvelles, vous trouverez ci-dessous quelques compte-rendus des réunions du conseil de quartier Mas - Sauveteurs - Cervelières.

Stéphane BERTIN.

Double sécurité autour de l'école Beauverie avenue Thorez. Mais pour quelle efficacité?

Mercredi 28 mars 2018.

Il y a un mois, Christine BERTIN nous présentait Arthur et Zoe, deux personnages grandeur réelle qui étaient installés autour de plusieurs écoles de la ville.

Objectif : sensibiliser et informer les automobilistes sur la présence d'enfants en ces lieux (lire ICI l'article du 6 février).

Destinés à créer une ambiance plus calme et plus sereine en matière de circulation routière autour des écoles ciblées, Arthur et Zoé sont en particulier installés autour de l'école Beauverie. Et les voilà, après deux mois, avec plus ou moins d'yeux, déjà plus ou moins abimés.

Depuis cette installation un autre équipement a été mis en service, non loin de l'entrée de l'école sur l'avenue Maurice Thorez. Il s'agit d'un panneau indicateur de danger "Passage d'enfants" qui est rétroéclairé et qui a été disposé en amont de l'école du côté Nord (côté Place Guy Moquet). A chaque fois qu'un véhicule approche la lumière se met en route et le panneau clignote pour prévenir les passagers du véhicules de leur trop grande vitesse; une sorte de presque radar pédagogique un peu trop haut pour être bien vu mais peut être suffisamment pour ne pas être volé.

Voilà donc le plan ORSEC de baisse de la vitesse des véhicules autour de l'école Beauverie qui vient d'être lancé.

Cela va-t-il résoudre les soucis de vitesse et d'incivilités locales?

Pour Arthur et Zoe, il suffit d'attendre les résultats sur la vitesse avant et après l'installation des personnages sensibilisateurs. Nous pourrons alors comparer la vitesse mesurée lors des campagnes de mesure de vitesse réalisées préalablement au scellement des bonhommes, et celle mesurée aujourd'hui, 1 mois après la pose.

Pour le panneau clignotant, la vitesse réelle des véhicules pourrait être mesurée grâce à des "jumelles".

Mais ces deux équipements vont ils résoudre les soucis localement? Nous le saurons prochainement.

Malheureusement les tant décriés rodéos, les spectacles de roues arrières, ou le non respect volontaire du code de la route ne risquent pas de diminuer car ces outils n'ont que peu d'influence sur eux. En plus ils ne sont pas la priorité des équipes de police nationale comme municipale actuellement dans le secteur. Tout cela augure mal de la suite et des résultats en matière de sécurité routière.

A quand une vraie sécurité efficace pour les vaudais du Mas comme des Sauveteurs Cervelières ? Pour l'instant attendons donc les résultats d'Arthur et Zoe et du panneau clignotant.

Thierry CAILLOT.

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014