Le Grand Mas bientôt prêt pour un bétonnage massif sans limite et sans espaces verts.

Mercredi 21 mars 2018.

Le futur Plan Local d'Urbanisme (PLUH) va créer de nouvelles règles en matière d'urbanisme et aucun quartier ne va y échapper.

Nous vous avons déjà présenté sur ce site les quartiers Vernay - Verchères - Thibaude - Ecoin (article du 15 mars 2018) , la zone agricole située au Nord et à l'Est du village (article du 25 février 2018), les terrains riverains de l'avenue Roger Salengro (article du 19 février), à la Grappinière sur le site de l'ex-maternelle (article du 12 février 2018), au centre ville (article du 29 décembre 2017 et l'article du 27 janvier 2018), au coeur du village rue de la république (article du 22 janvier 2018), ou sur le site de l'ex-LIDL (article du 2 décembre 2017), le long de l'actuel BUE au Sud (article du 13 décembre 2017).

Un coup d'oeil ce jour sur une large partie du quartier Mas et Sauveteurs - Cervelières (entre les rues Frères Bertrand - Renan - Orcha - Péri - Barbusse)

Dans l'actuel Plan Local d'Urbanisme le secteur est classé en UB1. Cela signifie qu'il était possible lors de la construction du quartier de bétonner sans limite de hauteur, ni d'emprise au sol. Toutefois en 1965, lors de la création ex-nihilo de ce quartier, à une époque où il n'existait pas tellement de règle surtout dans un secteur comme celui-ci qui n'était à l'époque qu'un vaste terrain agricole de plusieurs centaines d'hectares, il avait été privilégié de construire relativement haut (jusqu'à 15 étages) en utilisant peu d'emprise au sol afin de privilégier des espaces verts de respiration, des parcs, des squares pour enfants et aussi de grandes dalle de parking.

Au final de vastes espaces verts était "inscrits dans le marbre comme "espaces végétalisés à préserver": près de 40.000 m² à l'Est de l'avenue Maurice Thorez sur le secteur du Mas, et un peu moinss de 30.000 m² à l'Ouest sur les Sauveteurs - Cervelières.  Un assez bon équilibre finalement entre béton et espaces verts avec malheureusement des parkings plutôt moches détruisant l'ensemble. Si le métro inscrit sur les plans du projet et donc prévu dès 1965 avait été réalisé les parkings auraient surement été plus réduits... et le quartier presque modèle.

Dans le futur PLUH la zone est classée URc1A. Ce zonage permet toujours de construire sans limite de hauteur ni d'emprise au sol....Pas de changement donc.

Pour les espaces verts, il faut distinguer deux secteurs:

* Le secteur des copropriétés Sauveteurs Cervelières: dans cette partie les espaces verts augmenteront légèrement pour atteindre un peu plus de 30.000 m².

* Le secteur du Mas entre l'avenue d'Orcha et l'avenue Maurice Thorez: de ce côté les espaces végétalisés à préserver sont réduits à la portion congrue... Des 40.000 m² il ne restera que 5.000 m²! Et ce n'est pas la matérialisation de quelques espaces verts publics qui va changer les choses ceux ci pouvant être supprimés à loisir.

Dans le futur PLUH le quartier Sauveteurs Cervelières ne bougera donc pas trop. Par contre c'est le quartier du Mas qui va exploser. De nombreux espaces ont déjà été démoli (Chemin du Mont Gerbier, Chemin de la Luère, Chemin des Echarmeaux) et d'autres les seront encore prochainement. Les espaces verts existants qui devaient être préservés vont pouvoir pêre couper sans qu'aucun secteur "vert" ne soit crée... Cela va donc permettre très prochainement aux promoteurs de remodeler le quartier en bétonner sans limite.... 

A voir le plan le plan le futur semble rose... en tout état de cause il ne sera pas vert!

Stéphane BERTIN

Le conseil de quartier du Mas s'est réuni le 19 décembre.

Samedi 13 janvier 2018.

Le bureau du conseil de quartier s'est réuni le 19 décembre 2018.

A l'ordre du jour, assez peu de sujets.... mais où l'on reparle de YoYo.

Prochaines réunions les 19 janvier et 27 février.

Bonne lecture et bon Week-end.

Stéphane BERTIN

Conseil de quartier du Mas : les comptes-rendus de réunion depuis septembre 2017.

Jeudi 30 novembre 2017.

A lire en pièce jointe deux comptes rendus de réunions du conseil de quartier du Grand Mas depuis la rentrée.

Sur cette période, cette instance s'est réunie les 19 septembre, 17 octobre 2017 et 28 novembre 2017.

Bonne lecture.

Stéphane BERTIN.

Rien ne se fera au Mas sans un vrai transport en commun.

Mercredi 4 octobre 2017.

Depuis plus de 50 ans, les vaudais attendent une vraie ligne de transport rapide pour relier le Mas et le Centre-Ville à Lyon. Et depuis plus de 50 ans, RIEN.

Pourtant le tramway passait à Vaulx Village au début du 20° siècle. Les rails ont été démontés en 1937. Et depuis plus rien…. à part des promesses. Promesse lors de la création de la ZUP au Mas du Taureau en 1965; de dessins sur les plans, le métro n’est jamais devenu réalité. Promesse lors de l’arrivée du tramway au Grand Stade en 2011 ; en compensation de la réalisation d’une ligne de tram non prévue, les vaudais devaient avoir droit à une étude technique qu’ils attendent toujours.

Dernière promesse en date, celle d’une étude d’opportunité bien loin de l’étude technique détaillée de 2011. Cette étude d’opportunité doit être réalisée dans le cadre du Plan de Déplacement Urbain (PDU) 2017 – 2030. Une miette donnée aux vaudais qui doivent se contenter de presque rien du Sytral jusqu’en 2030. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons voté contre ce PDU lors du conseil municipal du 30 mars. Un PDU qui ne prépare pas notre avenir ne peut pas être un bon PDU pour les vaudais.

C’est dans ces conditions que la concertation sur la future ZAC du Mas débute. Les vaudais doivent s’exprimer sur ce qu’ils souhaitent pour ce quartier symbolique de notre ville. Mais tout ce que chacun proposera sera soumis AVANT TOUT à la construction d’une ligne de transport en commun rapide reliant notre cœur de ville à Lyon, que ce soit un tramway, un métro, un téléphérique, un hyperloop test… Cette ligne réalisée, nous pourrons envisager la construction de logements neufs et d’un nouveau centre commercial, l’arrivée de nouvelles entreprises, le développement d’un continuum universitaire de la Doua à l’ENTPE / ENSAL.

Nous ne pourrons envisager un futur positif pour Vaulx-en-Velin qu’avec cette ligne de transport. En l’attendant, les projets auront du mal à avancer sous peine d’échec déjà prévisible. Tous les élus s’accordent sur ce point ; il ne reste plus qu’à convaincre les décideurs afin que ce quartier devienne une référence du bien construit pour y bien vivre et s’y bien déplacer.

Christine BERTIN, Marie-Emmanuelle SYRE, Stéphane BERTIN, Matthieu FISCHER.

(texte de la chronique publiée dans le bimensuel municipal qui parait ce jour).

Square des 0 - 3 ans au Mas: une réunion de concertation difficile.

Mercredi 11 octobre 2017.

Mardi dernier, 3 octobre 2017, un projet d'aire de jeu situé dans le square Renan était présenté aux habitants du quartier à la LCR des Grolières, rue des Grolières.

De quoi s'agissait-il?

De la création d'une aire de jeu pour très jeunes enfants de 0 à 3 ans. Cette aire sera située dans le Square Renan à côté du bâtiment La Draisienne juste en face de l'école Gagarine (voir plan ci-dessous orienté Est en haut et Nord (école Gagarine) à gauche). Il s'agira, sur une surface de 20 m², de poser un sol amortissant, d'installer un barrière tout autour, et de fixer quelques éléments de jeu (un toboggan amélioré et un jeu à ressort).

Le tout pour un budget de 25.000 euros financé à 100 % par le conseil de quartier.

Les questions posées tournaient autour du type de jeu à ressort à acheter et du type d'escalier pour le toboggan.

   

Une belle idée.

Mais cette réunion de concertation pose de nombreuses questions :

* la très faible participation, et c'est peu dire. Au-delà des deux agents de la ville présents autour de ma collègue adjointe de quartier, Liliane Badiou, seules deux personnes était venues: un monsieur qui habite Rue Ernest Renan au Petit Pont et qui avait entendu parler d'un projet situé dans le Square Renan et comme il n'avait pas trouvé la position de ce square sur le plan de la ville il était venu voir, ... mais finalement cela ne l'intéressait pas, et.... moi. Comment faire participer à une réunion de concertation officielle sur un projet, les personnes concernées par ce dossier (c'est à dire les parents et assistantes maternelles)?

* le conseil de quartier porte officiellement ce projet; or les membres du conseil de quartier du Grand Mas ne sont pas très au courant de ce dossier. Comment faire qu'un projet porté par un conseil de quartier soit mieux connu par ses membres?

* les options et décisions prises par les présents (un écureuil à ressort, un escalier normal pour l'avant et un escalier avec des prises d'escalade pour les le côté) sont-elles les meilleures?

* l'utilisation du budget du conseil de quartier: des choix faits, au contrôle des réalisations, en passant par le suivi des projets, comment faire fonctionner les choses?

* comment faire connaître les noms des lieux publics de la ville (ici le square Renan qui n'apparait sur aucune carte)?

Des réponses existent. Elles imposent de retravailler ce projet utile avec le conseil de quartier en impliquant nécessairement les personnes vraiment concernées.

Stéphane BERTIN

La ZAC du Mas: vote municipal pour lancer la concertation.

Mercredi 27 septembre 2017.

Lors du conseil municipal du 21 septembre, le sujet de la rénovation du quartier du Mas du Taureau a avancé un peu plus grace au vote d'une délibération qui va nous permettre de lancer la concertation sur le projet de ZAC du Mas.

Je reviendrai plus loin sur le sujet de la concertation.

Je souhaite tout d’abord insister sur quelques éléments de contexte. Le quartier du Mas du Taureau s’étend sur 40 ha. Construit à partir du début des années 70 il était composé de 2300 logements sociaux. Très vite il est devenu en une quinzaine d’année la caricature de ce qu’il ne fallait pas faire en matière en développement urbain :

  • l’absence de mixité (pourtant réelle au début),
  • la fragilité socio-économique de la population (près de 40% de chômage avec 52% d’habitants de – de 29 ans),
  • l’enclavement avec l’absence de transports en commun fiable et rapide (avec le fameux métro promis en 1965 et toujours pas arrivé 52 ans plus tard) et souvent l’absence de voiries et de stationnements,
  • des commerces vieillissants et dégradés (avec pourtant souvent des commerçants courageux et motivés).

Des actions ont déjà été mené depuis les évènements de 1990 mais trop souvent de manière homéopathique et ponctuelle ; dès 2005, 106 logements ont été démoli à la Luère 1, puis 200 en 2011 au Pilat, puis 405 en 2016 à la Luère et aux Echarmeaux et enfin durant cet été au cœur du Mas 150 sur le foyer d’Adoma. A ces 861 s’ajouteront bientôt 446 autres. En 2020 ce seront donc 1307 logements qui auront été détruits sur les 2300 d’origine. Restera à construire un nouveau quartier avec des routes, des commerces, des entreprises, des logements, des services, …

Le dossier qui a été voté indiquait un certain nombre d’enjeu du programme de renouvellement urbain (PRU) pour le Mas du Taureau ; ce sont les suivants :

« - engager un projet ambitieux d’éco-quartier accueillant de nouvelles formes d’habitat, de commerces et d’activités économiques, dans le prolongement du centre-ville et de la rénovation urbaine engagée depuis le début des années 2000,

- désenclaver le quartier, notamment, en établissant des liaisons structurantes inter-quartiers et en développant des lignes fortes de transport en commun,

- poursuivre la diversification de l’offre de logement favorisant l’accueil de ménages en accession et les parcours résidentiels au sein de la commune,

- accompagner les bailleurs sociaux dans leurs projets de réhabilitation et de performance énergétique pour éviter le décrochage en terme d’attractivité, des logements sociaux présent sur le territoire et accueillant une population très modeste,

- réaliser des équipements publics de proximité et de rayonnement élargi et restructurer la polarité commerciale du quartier pour une offre nouvelle et un marché forain réorganisé. »

Ce projet est aujourd’hui intégré depuis 2012 à un projet plus vaste ; celui de « La Grande Ile ». Il a été multiplié par 10 en surface en s’étendant sur les quartiers adjacents et sur la ville de Villeurbanne.

Il reste que les vaudais attendent depuis maintenant plus de 25 ans que le secteur se modernise et que le quartier devienne un vrai quartier aussi couru que les lieux en vogue de la métropole.

Pour cela nous devront être très attentifs à plusieurs choses :

  • La présence du tramway ou du métro au cœur du Nord de la Ville ou tout moyen de transport quel qu'il soit même le train supersonique encore en test mais qui pourrait être testé en grandeur réelle entre la Doua et le Centre Ville.... "3 s pour le trajet quel challenge".  Ce moyen de transport rapide c’est la condition sine qua non du changement sur ce secteur ; en son temps, un ancien Maire avait dit « si l’aéroport de Bron ne déménage pas ailleurs, je ne signe pas les permis ».  Le Mas s’était créé car l’aéroport avait déménagé ; malheureusement il aurait dû ajouter à « son chantage » l’arrivée du métro. C’est essentiel et ce n’est pas la promesse d’une étude d’opportunité entre 2017 et 2030 qui va nous rassurer car à cette allure le métro ne sera pas construit avant 2050 !
  • Ne pas donner les clés aux bailleurs sociaux comme cela a déjà commencé il y a quelques années avec le premier bâtiment reconstruit : la Draisienne. Nous devrons être intraitables sur la mixité et les parcours résidentiels,
  • Les services, les commerces mais aussi la création d’offres nouvelles de formations post-bac et d’autres complémentaires avec notre campus ENTPE et ENSAL sont essentielles ; elles ne ressortent pas dans les objectifs votés à la Métropole ; c’est un peu dommage et là aussi nous serons attentifs à ce qu’ils reviennent.

Toutefois n’oublions pas que nous sommes là dans la concertation et donc dans la post réflexion un peu large (d’ailleurs il n’y avait pas de chiffrage dans le dossier voté et cela manquait un peu). Cette concertation doit être étendue ; nous avons là la chance de construire le quartier avec les habitants en les impliquant. Je ne peux donc qu’encourager tous les acteurs de cette concertation à aller rencontrer les vaudais chez eux, sur les marchés, dans les écoles pour récolter leurs avis. Je vous invite à être imaginatif en allant au-delà des rituelles réunions d’habitués car sur ce sujet tant reste à inventer pour que ce futur quartier ne soit pas que la réflexion de technocrates déconnectés de la réalité (comme c’était l’habitude il y a 50 ans) mais bien celui des habitants. Nous faisons confiance à tous les acteurs de ce projet pour que nous ayons dans la méthode de concertation pour cette ZAC du Mas un modèle de co-construction.

Stéphane BERTIN.

(Extrait d'une intervention au conseil municipal du 21/9/2017).

Lien Facebook

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014